La Brique nouvelle formule : de l’encre noire sur les municipales

editoOn a fait le bilan, calmement. Plusieurs personnes du journal nous ont quittés, d’autres sont arrivées. On s’est aussi dit qu’on voulait changer quelque chose, rompre avec la routine à laquelle nous astreint l’exercice journalistique. Trouver un nouveau rythme, bouger notre manière d’aborder l’actualité régionale, revoir sa présentation – bref, offrir un nouveau plumage à ce canard. C’est que même « libre », la presse n’est jamais à l’abri du ronron et de l’enlisement.

 

On a fait le bilan, et on s’est aussi dit qu’après six ans d’existence, il serait temps de mettre un peu d’ordre dans tous les fragments et matériaux critiques amassés au fil des mois. À force d’aligner articles, reportages et enquêtes sur les grands projets politiques et patronaux, il fallait reconstituer une vision cohérente de ce qui se trame sous la grisaille de la nécropole lilloise.

Municipales rose pâle

Rien de tel que la perspective d’une élection municipale pour nous ouvrir l’appétit. Non pas qu’on accorde beaucoup d’importance à ce calendrier du pouvoir. Mais au fond, notre bilan, c’est aussi celui du règne d’Aubry et de sa clique. L’occasion est trop belle de gâcher la fête, et d’enrayer la propagande auto-satisfaite qui s’apprête à dégorger. Celle qui repeint Lille tantôt en ville populaire et accueillante, tantôt en métropole tertiaire et rayonnante. On a donc cherché à rétablir certains faits, à restituer la manière dont le socialisme hégémonique dessine un avenir qui ne profite qu’à quelques uns.

On ne va pas se mentir : le scrutin qui vient n’a pas de quoi faire frissonner. La démocratie locale est dans un état de décomposition particulièrement avancé. En guise de « démocratie », on a surtout affaire à un parti aussi tout-puissant qu’il est peu légitime. D’un côté, le Parti socialiste a verrouillé l’essentiel des instances municipales, communautaire, départementale et régionale. De l’autre son leader, Martine Aubry, maire de Lille et présidente de Lille Métropole, a été élue avec à peine 27 000 voix. 27 000 voix, pour environ 124 000 inscrits : à peine un électeur sur cinq soutient l’actuel monopole socialiste. Pour bien faire, l’essentiel du pouvoir est confisqué par Lille Métropole, arène bétonnée soustraite aux suffrages et qui fonctionne au consensus gauche-droite.

Les combats politiques se sont aplatis sur les luttes internes de pouvoir : Daniel Percheron, président du conseil régional, s’endort en pensant à la meilleure manière de torpiller le premier adjoint au maire Pierre de Saintignon – et réciproquement. Aubry est occupée à recaser ses proches tous azimuts. Europe Écologie les Verts s’apprête à mettre en œuvre les douces prescriptions marketing contenues dans son guide de campagne municipale : sondages téléphoniques, « pré-campagne de notoriété », cartes de visite, etc [1]. Le Parti Communiste opte au premier tour pour une ligne autonome dans le cadre du Front de Gauche : reste à voir si au second tour ses responsables se satisferont de quelques postes aux côtés du PS, du Modem et des Radicaux de Gauche (de droite).

Un programme pour nos lecteurs et lectrices

Comme lors du précédent scrutin, et conformément à notre ligne éditoriale, vous ne trouverez donc nulle consigne de vote – ou de non-vote – dans nos pages [2]. Par contre, si on peut mettre en lumière quelques-unes des zones d’ombre de la « métropole attractive », ou fissurer ce consortium du consensus qui fait parler d’une même voix mairie, LMCU, médias et patrons, alors on s’en sera déjà pas trop mal sortis.

On vous a donc concocté trois numéros thématiques. Le premier volet, chez vos marchands de journaux actuellement, prend d’assaut la question du logement et de l’habitat. Le prochain visera l’un des totems de la propagande Aubry : cette « culture » élitiste produite par Lille3000 et consorts. Le dernier filera quelques coups de latte à ces pouvoirs qui, au niveau local, encadrent quotidiennement la mise en place des grands desseins politiques et patronaux. Et comme on nous reproche souvent de râler beaucoup et de ne pas proposer grand chose, on a même décidé de relayer des expériences qui nous paraissaient bonnes à cogiter.

Problèmes de tune oblige, on a décidé de restreindre la diffusion sur la métropole et de baisser le grammage du papier. Les curieux et les curieuses de Dunkerque ou Abbeville devront donc s’abonner. Mais pour fêter la rentrée, on a quand même voulu vous mettre tout confort avec quatre pages de rab, et une nouvelle maquette aux p’tits oignons. Vous pouvez toujours suivre le site internet (labrique.net), qui fera bientôt lui aussi peau neuve et proposera un contenu différent du journal. Voilà donc notre programme. Il est pas bien budgété, mais réaliste. La nouvelle Brique, c’est 49 grammes, et autant de balles pour ces municipales.

Le collectif de rédaction

Notes

[1Pour d’autres horreurs du genre, se reporter à la partie V du livret disponible sur conseils-elections.eelv.fr/le-livret-municipales.

[2Voir le numéro 6 de La Brique. Putain, six ans déjà…

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...