Le canal : c'est mort !

dessincanal4 1Le projet du Canal Seine Nord Europe a les deux lourdes mamelles de ce qu'on appelle un « grand projet inutile ». D'un côté, il prend des allures pharaoniques complètement grotesques. De l'autre, il apparaît finalement très utile – mais pour les marchands surtout.
Il y a cinq ans, La Brique s'attaquait déjà à ce truc qu'à peu près tout le monde défend sans trop savoir pourquoi1. Un rapport parlementaire bien avisé plus tard2, le coût de ce monstre long de plus de cent bornes, censé relier les eaux d'Île-de-France (via Compiègne) aux canaux des Flandres (via Cambrai), a été opportunément rétréci de sept à moins de cinq milliards d'euros. Depuis, les trois principaux candidats des régionales jouent des coudes pour défendre le projet. Et pas grand monde pour cracher dans la soupe.

Quand les candidat.es mugissent, le boa boit

Par temps de (quasi) unanimisme électoral, rappelons quelques arguments de bon sens. (1) Cinq milliards, même pris en charge pour moitié par l'Europe, c'est autant de fric en moins pour rénover les canaux existants, et organiser l'esquive des flux transfrontaliers au profit des circuits courts. Parce qu'on ne va pas se mentir : le canal, ça serait d'abord pour faire transiter des marchandises issues des marchés asiatiques. 40% du budget Transports de la Région pour ça, ça pique un peu. Même l'Inspection Générale des Finances a fait valoir que le Canal du Nord était sous-exploité, et que le creusement d'un nouveau tuyau reviendrait à négliger les ports de la façade atlantique.
(2) Les opérations de remembrement artificiel de la Picardie au profit de l'industrie agro-alimentaire avaient déjà laminé une grande partie de la région. Autant dire que le creusement d'un canal en béton armé dévastera encore un peu plus les paysages du coin. Les poumons du serpent marchand s'apprêtent à boire des quantités astronomiques de flottes pompées directement dans les sols : 20 millions de m3 d'eau, rien que pour le remplir. (3) Il est prévu pour accueillir des bateaux à gros volumes (4 400 tonnes), mais qui ne peuvent pour le moment... ni y rentrer, ni en sortir (les embouchures actuelles limitant les barges à 3 000 tonnes). C'est quand même un poil emmerdant.
(4) L'argument posant le canal comme un moyen de désengorger l'A1 est basé sur des hypothèses farfelues qui intègrent mal l'évolution du trafic routier et le type de marchandises que le fluvial peut transporter. Une hypothèse plus réaliste serait que le canal ne prendra que 2 à 3% du trafic de l'A13. De manière générale, la dynamique marchande est telle que les voies de transport construites dédoublent généralement plus qu'elles ne remplacent les voies existantes. (5) L'argument « emplois locaux créés » se heurte aux choix futurs de la multinationale qui emportera l'appel d'offre pour la construction du canal, qui pourra aller chercher sa main d'oeuvre à peu près où bon lui semble. Pour ce qui est des métiers de la batellerie, voilà perpèt' que la flotte bleu-blanc-rouge s'est fait dégommer sa compétitivité par les armateurs hollandais. Alors de quoi parle-t-on ? D’intérim pour travaux pénibles le temps du chantier, puis probablement plus grand chose.
dessincanal4 1

L'utopie d'une époque

Une autoroute fluviale pensée pour rassasier les gros investisseurs de l'agro-alimentaire et du BTP : voilà donc tout ce que le PS, les Républicains et le FN ont trouvé pour réenchanter l'économie de la région. Au fond, le seul intérêt de ce projet reste que son cahier des charges énumère ligne après ligne tous les traits de son époque : en contexte austéritaire, une poignée d'élus et de technocrates décident de couler l'argent public dans du béton industriel, repeint pour l'occasion – et contre toute évidence – en vitrine environnementale. Ne manquerait plus que la traditionnelle petite touche « participative », et le décor serait au cordeau. Erratum – c'est chose faite : en mai dernier, un deuxième rapport parlementaire est tombé. Et à quoi ressemblent les « ateliers participatifs » invoqués ? À des « réunions d'information », où le « citoyen » pourra suivre d'un œil bovin ce qu'on voudra bien lui dire de l'avancée du projet. La boucle est bouclée : le serpent se mord la queue.

Diolto
1. « Canal Seine Nord : où veulent-ils aller si doucement ? », La Brique n°23, juillet 2010.
2. Rapport de Rémi Pauvros, député socialiste et ancien maire de Maubeuge, remis en décembre 2013.
3. Sur ce point comme sur les autres, voir le site assez bien ficelé du Collectif pour une alternative au canal seine nord Europe : csne-alternatives.fr. Pour une fois que des Verts gueulent pour de vrai...

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...