Ça fait péniche à voir

marina bois blanc 3 1On ne s'en rend pas forcément compte. Mais le quartier Bois-Blancs est une île, entourée par la Deûle qui dessert d'un côté le port de Lille, et de l'autre un bras longeant Euratechnologie. Tout au bout, un lieu enclavé, « la Gare d'Eau », voit des péniches stationnées à l'année. En 2017, elles feront de la place pour un port de plaisance – une marina, comme disent les aménageurs. Qu'en pensent les marinier.es ?

À Bois-Blancs, sur le pas de la porte des maisons ouvrières qui subsistent encore, on croise encore quelques chevelures blanches. Marie-France, 70 ans, raconte : « Dans les années 50-60, tout le monde travaillait. On avait tout dans le Bois-Blancs : cordonnier, bijoutier, bonneterie, une très grande mercerie, et même quatre bouchers... Y'avait des épiceries-buvettes. Maintenant, y'a plus grand chose ». Euratechnologies, vous connaissez ? « Ah l'usine 1900 ? Je sais pas ce qu'ils y font, pas mal d'affaires à ce que je lis dans la presse de la ville ».
Depuis quelques temps, c'est tout un pan du quartier qui a été rasé – « réhabilité » pardon – pour y construire des résidences pour les salarié-es technophiles. Et les projets qui vont avec.

« Casser ce grand vide »

Initié par Éric Quiquet en 2009, le Plan Bleu concerne notamment les travaux au Port fluvial et les berges du quartier Bois Blancs. La Gare d'Eau est un des derniers lieux à être en friche. « Un vide. Un angle mort. Un trou », comme la nomme La Voix du Nord. Subsiste pour le moment le vestige d'un café en briques, à l'ancienne. Pendant trente ans, Yvette et Francis ont tenu le Barboat où les habitants venaient participer aux concours de belote ou boire un coup. Mais les usines Leblan-Lafont et Coignet ont fermé. Les expropriations ont commencé, les maisons ont été murées et le café revendu. Alors qu'il devait être rénové en un café associatif, la Soreli, qui aménage ce secteur, a vendu le terrain à des promoteurs. Charles-Henri Tachon, l'architecte, veut « casser ce grand vide » pour construire 50 logements, et 1200 m² de surfaces marchandes en rez-de-chaussée, dont un restaurant de luxe. Sa terrasse donnera sur le port de péniches, qui n'est guère reluisant... sauf si on l'aménage.
marina bois blanc 3 1

Cannes sur Deûle

On pensait trouver de la contestation dans le port. En fait, tout le monde espère beaucoup de la future marina. Patrice, enfant de marinier, vit en péniche : « J'ai envie de conduire un bateau de plaisance pour les touristes. Je suis en attente pour le travail ». Quant à Ronald, qui vit là depuis toujours, il raconte : « J'ai navigué avec mon père sur des péniches en bois dans les années 50, puis tout seul. J'ai toujours habité à côté de l'eau. Dans l'aménagement autour de la Gare d'Eau, ils embellissent, et mettent pas mal de verdure ». Les péniches qui sont là depuis longtemps pourront apparemment rester. Les autres seront replacées le long de la rue Hegel, au cas par cas, en accord avec les marinier.es, nous affirme-t-on. Vincent, de l'association Transport Culturel Fluvial, veut développer son lieu de création artistique et établir un label « port artistique et culturel » pour faire venir des péniches culturelles de toute l'Europe.
Toute la question reste la privatisation, ou non, de la gestion du plan d'eau via une capitainerie. Les habitant.es et les associations de défense de la nature sont entendu.es par les politiques pour établir un cahier des charges en vue de l'appel d'offre. « En-dessous de cent anneaux pour accrocher les bateaux, ce n'est pas rentable pour le privé. Sauf si c'est réparti dans toute la ville comme à Vauban, pour des amarrages temporaires » explique Vincent. Si tous semblent en attente d'un renouveau qui leur serait profitable, ils ont conscience que le port de plaisance servira aussi, ou bien surtout, aux riches habitants qui pourront bientôt y amarrer leur bateau. Le port attire déjà des promoteurs qui se feront une plus-value lors de la vente. La taxe foncière augmentera, et les loyers pour rester à quai aussi.
Les péniches, c'est tellement bucolique !
A/F

Gisèle, une vie de batelière

Gisèle tient ses 83 berges. 83 berges qu'elle est amarrée à sa péniche – un « bateau », il vaut mieux dire. Sous la marquise de son embarcation fixée Port de Lille, Gisèle nous raconte sa vie d'ancienne batelière.
« On courrait pas », lâche Gisèle entre deux rires sonores qui laissent admirer une canine de squale. « Avec mon mari, on savait quand on partait, mais on savait jamais quand on arriverait ». Tous deux faisaient un métier que la concurrence libre et non faussée a quasiment éradiqué dans la région. « On s'occupait de transporter toutes sortes de marchandises, du charbon ou des céréales, à travers la France ou dans les Flandres ». Béthune, Chalon-sur-Saône, Comines, Gand, Monceaux-les-mines, Dunkerque : une vie à vagabonder, à jamais plus de 7 kilomètres/heure. « Pour descendre à Lyon, on mettait 17 jours », se rappelle Gisèle. Dans les années 50 et 60, le transport fluvial de marchandise était au cœur d'un système industriel qui carburait à plein régime. « Des fois on descendait à Lyon avec du charbon ; et puis on remontait avec... du charbon ; on comprenait pas tout ». Mais, loin de l'usine et de la mine, le couple bénéficiait du statut d'artisan. « On transportait ce qu'on voulait : on n'avait pas de maître », glisse Gisèle, l'air un peu malicieux. Il n'empêche : certains matins, pour obtenir une « lettre de voiture » – la commande à transporter – il fallait se lever de bonne heure. « À la bourse, on s'est déjà battu à main nue. Il y en a qui graissait la patte à l'affréteur ». Les conditions de travail étaient souvent rudes. En juin 68, en réponse au dumping social naissant et pour revendiquer des hausses salariales, les bateliers avaient bloqué la Seine en plein Paris – un beau raffut. Gisèle se souvient : « les plaisanciers essayaient de passer. ''Y'aura pas plus de plaisance que de beurre au cul !'', qu'on leur répondait », lance-t-elle dans un grand éclat de rire. Depuis, Gisèle a déchiré sa carte à la CGT. Parce qu'elle a pris sa retraite, et aussi un peu par dépit. Aujourd'hui, les canaux sont quadrillés par des mastodontes hollandais. Comme elle, beaucoup de bateliers du coin ont refusé de se reconvertir en routiers.

Diolto

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...