L’Insoumise : Les idées ne s’expulsent pas !

Loin de la culture municipale, des personnes s’organisent de manière indépendante. C’est le cas de l’Insoumise, bouquinerie occupée dans le quartier lillois de Moulins, à qui La Brique a voulu laisser la parole pour parler de ses activités.

L’Insoumise est une bouquinerie occupée illégalement depuis septembre 2012 au 10 rue d’Arras à Moulins. Tous les mercredis et samedis après-midi, on y organise des discussions, présentations de bouquins et projections. Il y a aussi la bibliothèque sans puce électronique dans les livres, l’infokiosque, la librairie à prix libre, des fanzines et journaux, et même quelques vinyles. Une cantine vegan à prix libre a lieu tous les jeudis et des collectifs se réunissent ici.

De la lutte naît la critique

Au départ, des personnes se sont rencontrées pendant le mouvement des retraites de 2010. Dans des AG de lutte qui se tiennent hors de toute main-mise politicienne, elles mesurent le manque d’un lieu pour se réunir qui se passerait de toute autorisation. Le temps que l’idée germe, que d’autres tronches pointent leurs nez et leurs envies, le mouvement des retraites s’est érodé. Restait donc la nécessité de s’organiser, avec la même envie d’en finir avec les tenants des pouvoirs quels qu’ils soient.

Nous avons choisi de redonner vie à une ancienne bouquinerie en l’occupant illégalement.

Au-delà des possibilités matérielles que cela offre, squatter ce lieu est une façon de faire un pied de nez aux promoteurs immobiliers, à la mairie, aux politiciens et à leurs projets. Projets qui ne manquent pas dans un quartier emblématique des politiques urbaines. Les prolos, chômeurs et squatteurs, sont progressivement expulsés au profit de classes moyennes et créatives – d’une population plus « chic » – qui côtoient des lieux culturels branchés de la ville comme Saint-Sauveur. Symbole de ce nettoyage, la future maison du hip-hop que construit Vinci à deux pas de l’Insoumise, sur les ruines du Ch’ti Darras, squat d’activités qui comprenait entres autres un studio d’enregistrement par lequel sont passés pas mal de groupes de hip-hop...

Bien sûr nous avons eu quelques coups de pression des flics et de la justice. C’est dans la logique de l’aménagement du quartier. La nôtre est de rendre le lieu le plus visible possible et public. Le résultat est là : rares sont les ouvertures sans des curieuses qui passent ou un badaud qui s’arrête devant les fenêtres. Notre lieu ne sert pas l’éviction des personnes du quartier ni à l’offensive marchande et cultureuse.

Un fonctionnement sans loyer ni salaire nous permet de proposer les bouquins à prix libre. Les choix de distribution de l’Insoumise sont simples : tout ce qui aiguise l’esprit critique et favorise l’émancipation d’un système basé sur la valeur marchande. L’idée de la bouquinerie est de mettre en valeur ce qui ne se trouve pas dans les supermarchés du livre, de les faire circuler le plus largement possible et d’en discuter ensemble.

Demandez le programme !

À côté des bouquins, les moments d’échanges s’enchaînent. On peut citer quelques exemples. Le collectif Sans remède a acéré notre critique de la psychiatrie. On a discuté ensemble des moyens de faire face au mal-être hors de cette machinerie sécuritaire et infantilisante. Il y a eu aussi une discussion sur l’amplification du contrôle sur les salarié-es au prétexte de la gestion de la souffrance au travail. Des camarades ont présenté le fruit de plusieurs années de luttes anticarcérales en Belgique. L’occasion de se demander quelles solidarités mettre en place sans adopter la posture du soutien caritatif.

Des cycles de discussions ont été organisés pour approfondir certaines questions comme le travail, la crise, le genre, le système répressif, la planification urbaine. Lors d’un cycle sur le genre, on s’est demandés pourquoi la contraception est toujours prise en charge par les femmes et comment la médecine contrôle nos corps par le biais de la gynécologie. Nous avons évoqué aussi le rôle de famille, les assignations liées au sexe et la domination masculine ; et questionné la manière dont nous sommes incité-es à en reproduire les schémas et les codes.

Près de ceux qui luttent

Des débats plus théoriques sur la remise en cause de l’idéologie démocratique comme faire-valoir du capitalisme nous ont agité les neurones. Ainsi que des rencontres autour de luttes en cours, en présence de celles et ceux qui les font vivre. C’est le cas du mouvement No TAV (train grande vitesse) qui se mobilise depuis plus de 20 ans contre la construction de la ligne de TGV Lyon-Turin dans le Val de Susa. Une résistance contre un modèle de société qu’on nous présente non plus comme désirable, mais comme l’unique possible. Ce modèle est la nature même du TAV : la mobilité continue de personnes et des marchandises. Un écho à la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dont on a aussi causé plusieurs fois avec des occupant-es de la ZAD.

Et puis, il y a eu des grandes rencontres, avec des ouvriers de Total, Saint Gobain, Renault, pour parler des dernières luttes dans les usines du coin, notamment lors du mouvement des retraites, ou avec des ouvriers de PSA Aulnay venus raconter la grève tendue qu’ils menaient.

On retient aussi le débat autour de la répression policière dans les quartiers populaires en présence de familles et amis de victimes de la police. Entre amertume et perspectives pour l’avenir, ces moments chaleureux ont permis de tisser des liens et de questionner la manière dont doivent s’organiser les luttes dans le contexte actuel.

On n’oublie pas une multitude de projections de films indépendants et de documentaires qui nous ont permis de causer ou simplement de passer un bon moment. Et enfin, le bal du 1er mai « sans clients ni marchands » lors duquel, entre tournois de babyfoot, on a dansé dans la cour au son de l’accordéon et sous la lumière des lampions.

Une expulsion ? Une ouverture !

Un petit aperçu, loin d’être exhaustif, de ce qui se trame à l’Insoumise depuis l’ouverture. Ce mois-ci [1], la tenue du forum international de la cybersécurité à Lille sera l’occasion de causer de la société de contrôle à l’aune des nouvelles technologies.

À partir de février on sera de nouveau expulsables. Cela pourra être expéditif ou durer encore quelques mois selon le rapport de force [2]. Alors on appelle à la mobilisation. Ça peut être en nous rendant visite, en participant aux discussions ou en s’impliquant dans le lieu pour le rendre le plus vivant possible, en collant des affiches ou en diffusant des tracts, en mettant le barouf au moment de l’expulsion... L’Insoumise est une belle aventure. Sans marchand ni client, sans patron ni subvention.

Site de l’Insoumise : http://linsoumiselille.wordpress.com/.

Notes

[1Le mois de janvier 2014.

[2Pour le moment, la bouquinerie est toujours occupée.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...

  • Angry Birds

    A Lille comme dans d’autres villes de France, La direction départementale de la sécurité publique use d’un drone équipé d’un haut parleur pour rapeller aux confiné.es qui s’aventurent dans la rue que l’ordre est toujours en place : "Police nationale, afin d’éviter la propagation du Covid-19, les...

    Lire la suite...

  • Cynisme d’Etat

    Le 30 mars, le Prefet de Seine-et-Marne annonce fiérement mobiliser les réfugié.es pourvoyant ainsi aux besoins saisonniers de main d’oeuvre agricole. Le 31 mars, la prefecture annonce qu’il s’agit de volontaires. Ces dernier.es seront rémunéré.es et travailleront dans les conditions sanitaires...

    Lire la suite...

  • Âme charitable

    Du grec ancien phílos, "ami" et de ánthrôpos, "genre humain", d’après le Larousse, le philanthrope est un ami du genre humain ou une personne qui cherche à améliorer le sort de ses semblables par des dons en argent, la fondation ou le soutien d’œuvres. Le Ministre, Maire de Tourcoing...

    Lire la suite...

  • Blanquer nous fait banquer : concours de circonstances !

    « Nous avons considéré que ces types de concours sont beaucoup trop importants pour les personnes concernées pour les reporte. »C’est ce que déclarait le matin du 15 mars le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer suite à l’annonce par Macron de la fermeture des écoles. Pour finalement,...

    Lire la suite...

  • « CHEEEEESE » ou ta gueule !

    Entre Violette Spillebout pour qui Lille est « exposée aux trafics de drogues et à une menace terroriste », et Marc-Philippe Daubresse qui propose l’installation de 500 caméras - équipées de technologies de reconnaissance faciale - c’est la surenchère sécuritaire. Martine Aubry s’y était opposée...

    Lire la suite...

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...