40 ans de lutte pour le droit a la ville

40ans HLN bon dessinC'était il y a 40 ans, en septembre 1979, dans le quartier du Vieux-Lille. Une faune bigarrée est postée devant un vieil immeuble décrépit de la place Louise de Bettignies : babas cool auxcheveux longs, travailleurssociaux, militants des quartiers et même une bonne sœur, débarquée du couvent voisin.

 

La raison ? Madame Eely, une vieille dame de 80 ans, est menacée d'expulsion par son nouveau propriétaire qui vient de racheter plusieurs bâtiments dans le quartier. Et la pilule ne passe pas ! Ce rassemblement, c’est l’acte de naissance de l’Atelier Populaire d’Urbanisme du Vieux-Lille.

Et si en quarante ans le quartier a bien changé – à force d’avoir été le terrain de chasse des promoteurs et autres spéculateurs que la mairie « socialiste » avait invitée – l’APU, lui, n’a pas changé son fusil d’épaule : défendre tous les habitants dans leurs problèmes de logement. Syndicat du quartier, l’asso lutte sur tous les fronts : expulsions, logements insalubres, arnaques des propriétaires, etc. Hier commeaujourd’hui, elle reçoit un public toujours plus nombreux envoyés par des services sociaux souvent dépassés.

Qu’on se le dise : l’Apu fait un travail que les institutions ne sont pas capables de faire, mais dont elles ont besoin. Preuve supplémentaire de son importance : l’APU a même essaimée dans d’autres quartiers lillois, à Moulins et à Fives.

40ans HLN bon dessin

Un copain de l’association nous disait récemment la chose suivante : « Vivre dans un taudis, ça t’atteins dans ta chair. Tu ne t’en rends plus compte, tu te dis qu’il faut se faire une raison, que ce n’est pas si grave, qu’il faut comprendre ces pauvres bailleurs avec leurs crédit à rembourser. C’est ça qu’on appelle une atteinte à la dignité : quand on se résigne. Alors tu plies l’échine, doucement, sans t’en rendre compte. Après tu blanchis, doucement, tu perds des couleurs. Puis tu deviens timide, tu n’oses plus rien. Tu raques et tu vis dans la peur. C’est ça une atteinte à la dignité, tout simplement. » Alors, au delà des logements pourris ou des bailleurs anti-sociaux qui expulsent, le premier combat de l’APU, c’est peut être avant tout celui-là : lutter contre la résignation et restaurer la dignité de ceux et celles qu’on essaye de faire plier dans le silence.

Et parce que on ne lutte pas dans la morosité, on vous propose de venir nous rejoindre pour une semaine d’action, de débats, de concert. On a même invité d’autres associations copines comme LMPE (associations d'écrivain.es publics), Bartholémé Masurel (aide aux personnes surendettées)...

ALLEZ LA ! Big Up à l'APU !

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...