Des batons dans les rayons de la MEL

Carte GPI V12 smallUn emblématique doigt d’honneur bricolé en cagettes trône encore sur le Belvédère de la Friche Saint-Sauveur, en signe de défiance adressé aux beffrois. Au-delà de l’enjeu de la friche qui focalise l’attention, c’est sur toute la métropole lilloise que se déploie une politique de projets tout aussi inutiles.

 

On nous promet du rayonnement à grand coup de bulldozer, à travers les derniers confettis encore épargnés par la ville dense. Dans toute la MEL s’intensifie la ville, qui remplace les rares espaces naturels par des tonnes de béton opportunément repeints en vert. Les rives de la Deûle, les champs de Baisieux, les bois de Wambrechies, autant de terrains jugés vacants, qui suscitent la convoitise des bétonneurs et autres agences d’architectes en quête de notoriété.

Mais parfois, ça coince. Les procédures menant à la sortie de terre des projets sont semées d’embûches. Parfois, les habitant.es parviennent à y injecter les grains de sable qui enrayent la machine. Parfois, il faut la mobilisation active, combattive, des populations pour l’entraver.

Notice

La carte présente une sélection de chantiers envisagés par la MEL, ou en cours de réalisation. Ils sont en majeure partie issus du second Plan Local d’Urbanisme (PLU2). C’est dans le cadre de cette procédure que se cristallisent certaines contestations locales. Lors du vote des projets en décembre 2019, des projets ont été amendés, voire rejetés, sur la base de ces oppositions exprimées. D’autres mobilisations ont été menées en dehors du cadre imposé, par des associations et collectifs déterminés.

La carte n’est pas exhaustive, elle ne prent notamment pas en compte les chantiers de rénovation issus de l’ANRU (Agence Nationale de la Rénovation Urbaine), auxquel il faudrait consacrer une carte entière. A noter également que les territoires situés au Sud-Sud-Ouest de la Métropole ne sont pas mentionnés. Ayant été intégrés à la MEL en janvier 2020, ils rejoignent le PLU avec retard et leurs projets n’ont pas encore été formalisés.

Le plan local d'urbanisme

Le Plan local d'urbanisme (PLU) est un plan directif d'une intercommunalité pour ses projets urbains. Il est effectif pour plus de 10 ans mais peut être amendé durant cette période. Il est écrit par des technicien.nes municipaux.ales qui travaillent en collaboration avec celles et ceux de la MEL. Il est ensuite validé par les élu.es. Il est approuvé finalement par l'Etat qui envoie un commissaire enquêteur qui émet un avis en se basant sur une concertation organisée pendant trois mois, théoriquement auprès des habitant.es concerné.es.

Carte GPI V12 small

Voir l'image originale

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...