Les vies des Noir.es comptent

blmSuite à la mort de Georges Floyd, partout dans le monde et malgré l’interdiction des rassemblements de plus de dix personnes, des milliers de personnes se sont retrouvées en France pour dénoncer les stigmatisations, violences racistes et plus largement le racisme d'état dont font l'objet les personnes racisées. Ce racisme, nié par la majorité de la population, est dénoncée depuis des années, notamment par Assa Traoré et le comité Adama Traoré. Après deux mois de confinement, qui aurait cru que les premières manifestations dénonceraient racisme et violences policières ?

 

 

Les manifestations du mois dernier déconstruisent deux idées reçues : la première c’est que la colonisation est dernière nous. La deuxième c’est que la ségrégation aux état-Unis n’est plus un sujet d’actualité et qu’en France on est très loin. Pourtant, en France, on continue d’appliquer un traitement différencié : les quartiers où la population immigrée est la plus dense sont les plus contrôlés, où la police est plus présente, ce dont se félicite le Ministre de l'Intérieur.

De part et d’autre de l’Atlantique, le quotidien pour les descendant.es des colonisé.es est aussi peu reluisant. La mort de George Floyd aux États-Unis fin mai 2020 a mis en lumière le débat sur les violences policières et le racisme d’État. Contrôles au faciès, remarques racistes en douce, coups dans la figure à l'abri des caméras. « Ce n’est pas un combat qu’on a choisi, mais maintenant, il faut le mener », a déclaré Assa Traoré quelques jours après la mort par asphyxie de son frère, Adama Traoré, suite à une immobilisation des gendarmes. À Lille, cette lutte est menée par les familles de Selom et Matisse, deux jeunes morts en 2017 en échappant aux flics et la famille d’Henri Lenfant mort par balle de gendarme à bout portant en 2018. Pendant le confinement, 12 personnes décèdent des interventions policières. Cinq d'entre en fuyant la police. Quatre dans les geôles d'un commissariat. Deux par balles. Un par asphyxie. Et c'est sans compter les blessé.es.

4000 personnes en 24 heures

À Lille, le 1er juin dernier, la veille de la deuxième vague de déconfinement qui annonce, notamment, la réouverture des bars, des centaines de messages, tweets, snaps partent dans toutes les directions. On appelle à rendre hommage à George Floyd et à se rassembler en soutien à la famille Traoré, qui organise parallèlement un rassemblement à Paris. Les quelques personnes à l’origine de la première manifestation lilloise ne se connaissent même pas de visu avant de se rencontrer le jour J. Le lendemain, à 18 heures, sur la place de la République, 4000 personnes sont là. Les manifestant.es ont envahi le Vieux-Lille, de quoi bousculer les bourgeois.es qui prenaient leurs bières en terrasse pour la première fois depuis des mois. Les manifestant.es sont arrivé.es jusqu’au Tribunal de Grande Instance, tout un symbole. Les militant.es et les flics se sont senti.es dépassé.es. La majorité des manifestant.es étaient des jeunes racisé.es. C’est la première depuis longtemps à Lille, que autant de slogans anti-racistes sont scandés par des personnes concernées.

Le racisme, encore une problématique incomprise

Cette même semaine, deux autres manifestations sont organisées. Lors de la première manif', les flics interviennent peu, attendant celles qui suivent pour lâcher les coups. Une petite centaines de personnes se fait nasser. Les jeunes racisé.es sont de moins en moins présent.es pour être remplacé.es au fur et à mesure par les militant.es habituel.les dont nous faisons partie. Nébuleuse dont les RG connaissent les têtes par cœur. Les slogans anti-racistes se font de plus en plus rares au profit des classiques « tout le monde déteste la police » scandés, sans que pour autant manifestant.es blanc.hes ne se rendent comptent du problème.

blm

Car, non, le racisme ne s’arrête pas aux violences policières, il est une oppression que toutes les institutions reproduisent (école, le travail, le monde associatif). C’est aussi un rapport de domination au quotidien, c’est ce que l’on appelle le racisme ordinaire, qui consiste à censurer une personne à cause de ses origines, de façon plus ou moins consciente. Le racisme c’est aussi de ne représenter une personne racisée uniquement comme victime. Pierre Perret il y a 30 ans chantait déjà : « aux USA, pays démocratique, la couleur du désespoir c'est aussi le Noir ».

Mais à force de ne représenter les personnes noires que dans des postures de victimes, on en revient à nier leur capacité à agir, car qui dit victime, sous-entend également le besoin d’un sauveur. Une victime ne pourrait être passive.

Certaines personnes racisées estiment s'être senties dépossédées de leurs manifestations. Et même si ces manifs' ont perdu de la fraîcheur de leurs débuts, une chose est sûre, elles ont marqué les esprits, on s’en souviendra pendant longtemps. Le racisme en France est enfin un sujet national et n’est plus cantonné à la sphère universitaire ou militante.

Lud et Louise

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...