Projet des Muchaux : illusions de l’écologie participative

muchaux daubresseGrandes transformations en perspective sur la terre des Muchaux ! Située entre Lambersart et Saint André, ce lopin de terre est dans le viseur du Plan Local d’Urbanisme (PLU 2). Alors que la métropole lilloise (MEL) est l’un des territoires de France les moins dotés en espaces verts, le PLU 2 prévoit encore de le bétoniser. Mais la contestation s’organise parmi les habitant.es pour sauver le terrain.

Le projet prévoit de raser 35 hectares d’espaces agricoles pour y construire 400 logements et augmenter le trafic routier. Pour compenser les espaces verts perdus, la MEL prévoit la création d’un petit espace de permaculture de trois hectares. C’est vrai que des carottes cultivées au gaz des pots d’échappement, ça fait rêver ! Ce projet est porté par Marc-Philippe Daubresse, un homme apparemment indispensable, puisqu’il est à la fois vice-président à l’aménagement à la MEL, sénateur Les Républicains,président de l’Agence d’Urbanisme de Lille, ancien ministre du logement et ancien maire de Lambersart.

Mais, depuis quatre ans, la lutte contre cet énième projet de destruction des espaces verts de la métropole s’organise. Les habitant.es de Saint-André se sont réuni.es en une association nommée « le Collectif - Tous acteurs pour notre ville » pour protéger la terre des Muchaux, avec le soutien de la Maison Régionale de l’Environnement et desSolidarités. Ils dénoncent le recul important sur les questions environnementales que représente le PLU 21. Pour ce visionnaire de Daubresse, apparemment, la crise environnementale ne concernera pas la métropole lilloise, donc autant continuer à faire primer les petits profits deslogiques immobilières.

N'en déplaise à M.P. Daubresse, leshabitan.es de Lambersart se sontégalement mobilisé.es contre le projet.

Un projet tellement absurde que même les technocratess’en sont rendus compte

muchaux daubresse

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le projet porté par Daubresse ne fait pas non plus l’unanimité côté acteurs institutionnels. Lors de la journée du 1er décembre 2018, consacrée à une présentation critique du PLU 2, l’ensemble des tendances politiques du conseil municipal de Saint-André était présent. LeCollectif s’est quant à luimobilisé pour rencontrer le commissaire enquêteur, chargé de donner un avis au nom de l’Etat sur le projet desMuchaux. Le projet a déjàreçu plusieurs avis défavorables de la part de la commission environnementale du schéma de cohérence territoriale (Scot)2. Il a même reçu un avis négatif de la commission départementale des espacesforestiers et agricoles. C’est assez rare pour être souligné, car généralement, les commissions émettent des réserves sur certains points plutôt que de donner un avis négatif. Cet avis n’a pas pouvoir de faire annuler leprojet, mais il constitue un argument important pour qui voudrait le contester.

Les villes sont le gouffrede l’espèce humaine

L’emprise de M.P. Daubresse est telle que la première victoire du collectif a été de rendre visible les alternatives à ce projet. Il paraît, à en croire le site de la MEL, que l’on va « dessiner ensemble » l’avenir de la métropole et que chaque citoyen.nedonnera son avis. En vérité, la seule manière légale d’interrompre le PLU serait que l’ensemble du PLU 2 reçoive un avis négatif de la part de l’Etat. Cet avis devrait être rendu en juin 2019.

Louise

1. La MEL a proposé un nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU2) qui est en cours d’évaluation par l’Etat. Ce plan indique les principales orientations urbanistiques pour la MEL pour les prochaines quinze années.

2. Le Scot est un document qui donne les principales orientations de la politique d’urbanisme à l’échelle d’un arrondissement. Un arrondissement est une aire administrative qui correspond à un regroupement de plusieurs communautés d’agglomération. Etant donné que le PLU concerne un échelon plus petit, il ne doit pas être contradictoire avec le Scot.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...

  • La Saga de l'été arrive : Eclairage sur les lumière lilloises !

    Profitez de vos soirées libres d'été pour éclaircir les zones d'ombre sur les lumières lilloises ! Les 4 dernières parutions de La Brique ont eu le plaisir d'acceuillir une saga encore plus éblouhissante que la saga Star Wars ou encore Harry Potter, la saga des Lumières. Chaque vendredi, à...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...