Éditos

Edito N°32 - Coloniser Tortuer Expulser

numero32

Au-delà du mépris

Ce 16 mars 2012, le communiqué du ministère tombe, odieux : «  À l’occasion du 50e anniversaire du cessez-le-feu de la guerre d’Algérie, l’État n’organisera aucune commémoration nationale […] Le 19 mars [...] marque l’amorce d’un drame pour les rapatriés, contraints au déracinement, et le début d’une tragédie pour les Harkis, massacrés dans les semaines qui suivirent ».

Lire la suite...

Edito N°31 - Silence on viole

numero31Poches pleines et tuyaux percés

Donc : on est encore là. Lecteurs, lectrices, potes, asso et mamies, on vous remercie. Cette 31ème Brique est sortie. On n’a pas attendu que les derniers euros nécessaires arrivent pour vous faire part de nos impatiences. À commencer par cette perspective en guise d’édito.

Lire la suite...

Pour 3000 dollars de plus

soutienLa Brique publie aujourd’hui un appel à souscription, forcée de constater que les dernières soirées de soutien ne lui ont pas permis de rentrer dans ses frais. Concrètement, notre vilain petit canard a besoin de 3000 euros pour poursuivre ses activités.

La Brique, c’est de la bonne. Tous les deux mois, pour deux euros, vous avez 65 grammes de critique sociale bien servie, emballée dans seize pages noir et blanc, garanties sans OGM ni Bisphénol A. Livrée à domicile, directement du producteur au consommateur. Alors ce serait dommage de s’en priver. Aujourd’hui, le canard a (vraiment – vraiment) besoin de thunes pour continuer à dealer ses enquêtes cultivées localement par une dizaine d’artisans-journalistes. Concrètement, 3000 euros ça représente l’impression de deux numéros.

Lire la suite...

Edito N°29 - Les vieux aux encombrants ?

numero29

Mais pour qui bosse la gauche ?On l’avait quittée en pleine campagne d’auto-promo sur son bilan municipal, on la retrouve, à la radio, dans les journaux, à la télé, en lice pour le Saint-Graal élyséen. Au petit jeu de la bataille d’opinions, Martine Aubry avance ses billes. Méthode garantie en laboratoire.

Lire la suite...

Edito N°28 - Le Louvre Lens Terrain Miné !

Pnumero28 1our quoi nous prend-on ?

Vous n’avez pas pu rater la campagne d’auto-promotion presque soviétique de la mairie de Lille et de son bilan mi-mandat. 125 000 magazines en quadrichromie et papier recyclé, un site internet, des shows municipaux dans chaque quartier, et des centaines de placards publicitaires sont venus combler notre temps de cerveau disponible à l’aide de ce message : « Nous l’avions dit, nous l’avons fait. Continuons ! » Face à ce martèlement, plutôt que de relever point par point chaque éventuel petit mensonge, demandons-nous de quoi cette machinerie marketing est le nom.

Lire la suite...

Edito N°27 - Un monde d'ordures

numero27 1La chasse aux canards

Les derniers temps la presse indépendante se retrouve en justice. À Marseille, CQFD est attaqué par une boîte matrimoniale (1). À Amiens, c’est Fakir qui est menacé par le groupe Casino (2). À Chambéry, le parquet s’acharne contre La Voix des Allobroges (3).

Lire la suite...

Edito N°26 - Moins de flic, plus de Hip hop

numero26 1A qui le tour ?

Ça n’en finit pas, et c’est tant mieux. Jour après jour, le Maghreb et le Moyen-Orient s’enflamment davantage. À coups de pieds au cul, les Tunisiens ont viré Ben Ali. Plusieurs semaines d’occupation de la rue, de manifestations de masse et d’affrontements violents ont été nécessaires. Après trois semaines de siège de la capitale, le peuple Égyptien vire Moubarak.

Lire la suite...

Edito N°25- L'industrie, c'est la vie !

numero25Douce apocalypse

En cette fin d’année 2010, La Brique a plongé dans les caniveaux et dépotoirs de la grande industrie. Celle de l’énergie, indispensable pour se chauffer, vivre la nuit, se connecter à des réseaux sociaux, s’oublier des heures au téléphone et user de tous ces gadgets qui parviennent péniblement à nous faire oublier que nous n’en avons pas besoin. Celle de l’électricité devant justifier le pillage de pays qui n’ont même pas l’éclairage et qui déverse des flots d’immondices toxiques pour satisfaire des « besoins » imposés en millions de « mégawatts ».

Lire la suite...

Edito N° 24 - Le casse du siècle

numero24La Brique n’est pas...

Entre deux circulaires sur les roms, les expulsions de sans pap’, le massacre de nos conquêtes sociales, la répression des lycéens, il était temps qu’elle arrive cette Brique ! C’est vrai qu’on a « un peu » trainé mais rassurez – ou désolez-vous, on débarque en pleine forme. Et on espère encore tout péter cette année, malgré nos déboires de trésorerie. Déboires ne voulant pas dire qu’on s’acharne à picoler chaque abonnement.

Lire la suite...

Edito N°23 - Travail, performance, dépression

numero23À l’arrache, comme chaque fois. Le bouclage du numéro se fait dans un bordel qu’on s’efforce de maintenir « joyeux ». Textes et images éparpillés, à terminer, à retoucher, à débattre. Le foutoir habituel... Où est le numéro de Max ? Et la une, on a perdu le dessin !? C’est quoi ce café décaféiné ? Où en est Alice sur son crobar ? Et la mère à Manu, elle peut relire les textes ? Qui fait les pâtes ? Et merde, on a zappé l’édito ! Voici qu’on se met à écrire ces quelques lignes...

Lire la suite...

Faire tomber la vitrine

numero22Premier mai 1851. Londres célèbre l’inauguration de la première exposition universelle. L’Angleterre est alors la puissance industrielle et commerciale par excellence, et cette exposition l’occasion de le révéler au reste du monde. C’est «  le jour le plus grand de notre histoire », écrit la reine Victoria à son oncle. Dans la ville, 6000 flics et l’armée sont prêts à intervenir. Au cas où l’« underworld » s’immiscerait dans la fête.

Lire la suite...

Edito N°21 - Un "socialiste" ca trompe énormément

numero21Brûler les agendas

Sans doute aurez-vous remarqué comme une « couille » dans le calendrier de La Brique. Comme son absence – pesante, il est vrai – pendant le mois de février. Eh bien sachez – nous pouvons l’avouer à présent – que nous avons ouvertement « séché ». On assume, de la même façon que nous avons assumé par le passé l’école buissonnière, les retards à répétition au boulot et, en définitive, les congés ILLIMITÉS.

Lire la suite...

Edito N°20 - Publiques mais invisibles

numero20Un camarade nous a raconté l’histoire récente d’un instituteur qui s’est battu pour régulariser un sans-papiers. Un élève de CM2. Avec d’autres, il a fait des pieds et des mains pour arracher son autorisation à vivre en France. Quand les flics sont venus dans son école pour embarquer le gamin, il leur a dit qu’il n’était pas là. Il l’a caché chez lui. Au bout de quelques mois, le petit et sa famille ont eu les papiers. Une histoire, parmi des milliers d’autres. Qui prouve, s’il le fallait encore, qu’à un moment il faut savoir prendre des risques, aller contre la loi, se mettre en danger, bousculer, s’énerver, faire l’exact opposé de ce que l’on attend de nous.

Lire la suite...

Edito N°19 - La grande bouffe

numero19La Ville de Lille...

La Brique y consacre souvent de nombreuses pages. C’est pas par mauvaise volonté... Mais la liste de griefs à adresser à ses pères fouettards, par trop prioritaire, est aussi interminable qu’une crise financière. Qu’on décline les formes de sa nature bourgeoise, policière et bureaucratique ; que nos plumes pointent les « élites », ces ploucs, qui s’y complaisent... Dur de se retenir. On s’acharne, c’est vrai, mais non sans quelques raisons qu’on ne peut raisonnablement, et très « civiquement » pas garder pour nous. C’est cadeau : on vous les offre, sur un plateau. Bonne digestion.

Lire la suite...

Edito N°18 - Tout changer pour que rien ne change

Pnumero18rêts ? Action !

Un édito ? Mais dans quel but ? Pour quoi faire ? C’est fini, y a plus rien à éditer. La clé sous la porte, La Brique à la flotte. Plouf. Trois ans, c’était bien. C’était sympa. Quand on a commencé cette aventure, avec toi en ligne de mire, cher lecteur, chère lectrice, on était loin de se douter que... Biiip. Non. Stop.

Lire la suite...

Edito N°16 - Calais : la politique du barbelé

numero16Calais est un territoire privilégié pour les forces de l’ordre qui peuvent se lâcher sur les migrant-es. On le savait, mais on ne s’attendait quand même pas à ça : durant le camp no border, le déploiement policier a été complètement démesuré. Imaginez donc : 2500 flics, la police montée, un hélico, des flics postés en « snipers » (avec caméras) pendant le défilé, canons à eau... pour un camping de 500 personnes et une manif.

Lire la suite...

Edito N°15 - Transpolis, un ticket pour l'avenir

numero15Europe - Circulez, y a tout à voir !

Martine Aubry a bien raison de fêter les vingt ans de la chute du mur avec lille3000. En 1992, elle faisait la danse du scalp le soir d’une victoire étriquée au référendum de Maastricht. Deux articles de ce Traité contiennent l’essence des politiques communautaires avec laquelle on a cramé l’Europe de l’Ouest pour bâtir l’Europe forteresse d’aujourd’hui.

Lire la suite...