Réarmer les imaginaires

labriqueditogris 1La trame du scénario est connue depuis des années : un PS décadent alimente la montée de l'extrême-droite puis, à chaque veille de scrutin, sonne les grosses cloches républicaines pour rapatrier les troupes de « gauche » dans son giron. Mais la vieille recette de la politique de la peur a pris du plomb dans la gamelle. Le chantage au vote FN a fini de dire l'alpha et l'omega de ce qui se joue pendant une élection ; la fabrique du consentement s'est enrayée. C'est que, depuis 2002, les partis qui ont agité le chiffon brun de l'extrême-droite sont les mêmes qui ont beaucoup travaillé à hisser haut son drapeau.
 
Le souci, c'est que cette fois, le théâtre électoral donne à voir encore autre chose.
 
Entre les guignols socialistes, l'extrême-droite et la droite-extrême, le boulevard était gigantesque. Mais non, même la gauche – si on appelle gauche EELV, PG, PCF ou Ensemble – n’a pas été foutue de bricoler une alliance crédible pour colmater au moins un peu le désastre. Il faut dire que le PCF a de quoi en vouloir aux écolos – et inversement. Les premiers restent empêtrés dans des recettes productivistes vouées à l'impasse, les seconds ont attendu l'année dernière pour découvrir que le PS n'était pas fréquentable – pour le dire rapidement. On le dit rapidement, parce qu'au fond, l'essentiel des embrouilles ne s'est même pas noué là-dessus. Il s'est joué sur autre chose. Un truc qui n'intéresse personne, et que pas grand monde – même au sein des partis concernés – ne comprend : des embrouilles sur les têtes de liste. Un peu pour la gloriole perso, un peu pour des stratégies d'affichage au niveau national. Un peu, aussi, pour espérer un chouïa d'argent public en cas de score pas trop déplorable. Il faut bien prendre la mesure de cette histoire : le FN et la droite sont en passe de prendre une des régions les plus pauvres de France, et pendant ce temps là les partis de gauche s'enferment dans des calculs d’apothicaires purement individualistes. Par temps de lutte des classes, on s'acharne sur la lutte... des places.
labriqueditogris 1

Derrière la foire aux scrutins

C'est une des raisons pour lesquelles ce numéro ne s'attarde pas sur l'échéance. Non pas que les enjeux soient dérisoires – on en connaît, des copains et des copines qui vont perdre leurs subventions dans la foulée des élections. Mais La Brique n'a jamais cherché à donner de prétentieuses « consignes » de vote, ou même de non-vote. Et puis de fait, entre les réflexes d'appareil, la lassitude et la résignation, il faudra trouver des perspectives ailleurs. Car si à l'heure où ces lignes sont écrites, le tiercé donné gagnant n'a pas encore trouvé son verdict, il reste que le moins pire des dénouements nous apparaîtra toujours désastreux.
 
Alors on a fait comme on a coutume de faire ; on a parlé politique, sans commenter les prestations de plateau des professionnels de la parole. On a remonté la piste d'un sujet qui a l'air tout banal comme ça, mais qui se trouve au cœur des enjeux de pouvoir contemporains : les transports, et nos mobilités quotidiennes. On a remonté la piste, et on les a tous retrouvé : le Conseil régional, Lille Métropole, les flics, l'État et le patronat nordiste. Autour de ces questions, le consensus apparaît aujourd'hui si fort que la foire aux scrutins laissera de toute façon la situation globalement intacte. Voilà donc le topo : ce numéro vous emmène du côté de la folie de l'accélération générale et des grandeurs inutiles. Un détour nécessaire pour mieux réarmer nos imaginaires.

Le collectif de La Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...