Cours ou crève

mawybriqueveloedito« Mobilité = priorité ». Damien Castelain, président de Lille Métropole, avait-il besoin d'un tweet débile pour rappeler ce que tout le monde ressent chaque jour si fort ? La « mobilité » malmène déjà le pouls de nos vies accélérées ; elle fracture nos horaires de taf ; elle excite constamment les smartphones, et elle commande même nos « projets d'avenir ». Elle est cette espèce de lame de fond qui nous pousse à réaliser toujours plus vite toujours plus de trucs qu'on nous dit de faire.
 
Parce qu'elle est une des idéologies de notre temps, La Brique l'a placée sous ses scalpels. Le sociologue Hartmut Rosa dit à propos d'elle qu'elle est une « force totalitaire » : elle exerce en permanence une pression sur nos têtes, dans tous les domaines de la vie; et il est presque impossible de la critiquer. Elle est cette « peur constante que nous pouvons perdre le combat, que nous pouvons cesser d'être capables de suivre le rythme, c'est-à-dire de satisfaire tous les besoins (en augmentation constante)... la peur de ne jamais être capable de rester dans la course1 ».

« Force totalitaire »

Ici comme ailleurs, la mobilité accélérée n'enrôle pourtant pas tout le monde sur le même mode. Pendant qu'elle sucre les acquis des chômeurs, la société Transpole met en place des plans de déplacements pour aider les entreprises. Pendant que les urbain.es pressé.es font leurs achats sur le net, les ouvriers de Dourges, de Hem ou de Lesquin se brisent l'échine dans les entrepôts du « e-business ». Pendant que les cadres traversent le centre-ville en vélo pour pédaler de chez eux au boulot, Pôle emploi conduit les pauvres à s'exiler bosser à plus de cent bornes de chez eux. Pour ceux-là d'ailleurs, la mobilité physique n'est déjà plus que la condition nécessaire pour espérer le surplace économique. La mobilité, comme course à la compétitivité, laisse les inadapté-es derrière elle. Elle finit par ramener à ces deux évidences : l'homme circule moins librement que la marchandise ; c'est même la marchandise qui fait circuler l'homme.

Pis allées...

La mobilité embarrasse même jusqu'aux décideurs publics : elle épuise les énergies non-renouvelables, nous salope l'air qu'on respire, nous entasse dans les bouchons, nous assaille de nuisances sonores et réclame toujours plus d'aménagements pharaoniques. Alors voilà que, depuis quelques temps, la région et les oracles de la Troisième révolution industrielle frétillent autour d'une nouvelle lubie : la « mobilité douce », supposée solder tous les problèmes. Toute la famille est de la partie : Lille Métropole est à fond derrière, Jérémy Rifkin se gave – au propre comme au figuré – du mot, le Conseil régional plussoie, Philippe Vasseur et le patronat s'en font les perroquets appliqués. Que cache cet unanimisme universel ? Des intérêts particuliers : anticiper l'augmentation du prix du baril sur la facture énergétique des entreprises, améliorer la productivité des salarié.es, ouvrir de nouveaux marchés autour de la « smart » économie. Autant dire que la « mobilité », même douce, n'a que peu de chances de nous sortir de l'impasse.
 
mawybriqueveloedito

 

Le covoiturage c'est bien, la rage contre la voiture c'est mieux

Ce que le discours satisfait des décideurs du coin masque mal, c'est que se déplacer mieux veut surtout dire se déplacer plus. Les formes soft de déplacement – depuis le fret jusqu'au vélo – ne font aujourd'hui que s'additionner aux circuits établis. Dans une région qui, à l'intérieur la division européenne du capitalisme, se spécialise dans le transit de marchandise, on ne construit pas une route, un canal ou une ligne de train pour faire de l'A1 une coulée verte, mais plus sûrement pour équiper le poulpe économique de tentacules supplémentaires. C'est cours ou crève – sans ligne d'arrivée.
 
Alors peu importe que les statistiques régionales enregistrent à l'avenir quelques (hypothétiques) pourcentages positifs sur les taux d'usage du V'Lille. S'il n'y a jamais eu aujourd'hui autant de bagnoles, de cametards et de bouchons sur la métropole, ce n'est pas qu'on s'est simplement mal (laissé-es) organisé-es ; mais que tout conduit, dans la métropole capitaliste, à devoir mobiliser toujours plus tous les transports. Les derniers gadgets intelligents ou collaboratifs transportent au fond la même philosophie que leurs aînés : gagner du temps pour en manquer toujours plus. Mobilité Douce, Mobilité Aliénée - MDMA, l'ecstasy que tout le monde prendra.
 
Le collectif de La Brique
 
1. Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, La Découverte, 2010.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...