Édito N°39 : Derrière le spectacle, la dépossession

numero39Jeudi 6 mars, Lille-Sud, 18h30. L’équipe du journal vient refiler gratos les excédents du dernier numéro sur la culture à l’entrée du meeting de campagne d’Aubry, devant la salle du Grand Sud. Une centaine d’exemplaires du reportage qui brocardait ce « nouveau bijou culturel de la mairie » le prennent d’assaut.

En pleine campagne, Aubry insulte La Brique

Sur place, plusieurs dizaines de sans-papiers sont eux-aussi sur le pied de guerre. Face à eux, Martine Aubry s’abrite derrière un ton paternaliste : « Je vous donnerai la parole, mais je ne veux pas que vous criiez. On se parle autrement qu’en criant », temporise celle que les commentateurs ont pourtant l’habitude de croquer en bouledogue. « Vous nous avez trahis, s’énerve un des sans-papiers. Vous et le préfet. On veut un rendez-vous ! » Et Aubry d’esquiver, en interpellant son adjointe à l’Égalité des chances : « Un rendez-vous, oui, vous allez voir ça avec Dalila Dendouga. Dalila ! Dalila ! Prends leur un rendez-vous pour la semaine prochaine... »

 


La petite équipe de La Brique se rapproche du groupe et commence à distribuer ses numéros à tout va. Tout le monde accepte : Gilles Pargneaux, Alain Cacheux, Bernard Charles... Même Pierre de Saintignon qui, après un discret coup d’œil à la dernière couv’, enfourne rapidement le papier dans son imper’. Et alors qu’Aubry cherche à se rapatrier dans la salle, on saute sur l’occasion : « Madame Aubry, un journal pour vous ! » Elle se saisit du canard, scrute et retourne immédiatement le numéro à son envoyeur : « Ah non, pas La Brique, y’a que des saloperies là-dedans ! » On ne lui a pas parlé de son programme...

Du grabuge, puis la purge

Ce soir-là, la campagne municipale commençait presque à nous intéresser. Enfin un peu de grabuge. On s’installe à l’intérieur, en se disant que peut-être, ça va partir. Mais on se fait vite calmer. Car tout est fait, dans le dispositif de campagne d’Aubry, pour que le maire puisse continuer à se cacher. Pendant une bonne heure et demi, la logorrhée d’Aubry s’étale sans jamais pouvoir être remise en cause. Au terme de cette longue et pénible prestation, le maire fait mine d’être bonne joueuse : « Je crois que les sans-papiers voulaient s’exprimer... Ah, ils sont partis ?! » Tout finit par rentrer dans l’ordre...

Quelqu’un lève pourtant la main. Pour dire ses quatre vérités au maire ? Même pas. En substance, ce que fait Aubry en matière d’emploi est merveilleux, il faudrait juste davantage communiquer dessus. Lorsque, quelques instants plus tard, la question n’est plus téléguidée et pointe l’insalubrité de certaines habitations du quartier, elle est blackboulée. Aubry se retourne, se fait briefer en douce par ses conseillers et revient à la charge, cassante : elle sait tout, fait tout ce qu’il faut, et enjoint dans la foulée de lever la séance. Au moins aura-t-on glané cette confirmation : Aubry est complètement braquée dès qu’une voix discordante vient lui chatouiller l’ouïe.

Au-delà de ces pâles municipales...

Faute de tout faire partir en vrille, l’irruption d’un collectif, d’un canard ou d’une habitante aura toujours ce mérite de montrer combien le pouvoir local est bien affalé derrière ses certitudes. Et, au-delà, combien ces élections n’ont aucune chance de se hisser à la hauteur des enjeux. En quoi mettront-elles en discussion les pleins-pouvoirs de Lille Métropole Communauté Urbaine ? Que changeront-elles à la séparation entre les Roubaisiens et leurs soi-disant représentants ? Comment donneront-elles une épaisseur au slogan éculé de la démocratie participative ?

Si ce numéro ne s’aplatit pas sur le rythme cardiaque du spectacle de la campagne, c’est que les ramifications du pouvoir remontent plus haut. Le pouvoir, ou plutôt les pouvoirs : après s’être coltiné-es deux des gadgets électoraux du PS – le logement et la culture – , on a poursuivi l’exploration de tout ce qui tend à nous déposséder de notre propre expérience. On est donc partis de cette politique politicienne (le PS, la métropole – bref, le monopole), puis on a remonté le fil de la justice des comparutions immédiates, de la « Troisième Révolution Industrielle », des méthodes d’accumulation des pactoles à huit chiffres des Grandes Familles du Nord... En somme, on a redessiné les chemins cloutés de la vie quotidienne. En espérant vite en sortir.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...