La Brique nouvelle formule : de l’encre noire sur les municipales

editoOn a fait le bilan, calmement. Plusieurs personnes du journal nous ont quittés, d’autres sont arrivées. On s’est aussi dit qu’on voulait changer quelque chose, rompre avec la routine à laquelle nous astreint l’exercice journalistique. Trouver un nouveau rythme, bouger notre manière d’aborder l’actualité régionale, revoir sa présentation – bref, offrir un nouveau plumage à ce canard. C’est que même « libre », la presse n’est jamais à l’abri du ronron et de l’enlisement.

 

On a fait le bilan, et on s’est aussi dit qu’après six ans d’existence, il serait temps de mettre un peu d’ordre dans tous les fragments et matériaux critiques amassés au fil des mois. À force d’aligner articles, reportages et enquêtes sur les grands projets politiques et patronaux, il fallait reconstituer une vision cohérente de ce qui se trame sous la grisaille de la nécropole lilloise.

Municipales rose pâle

Rien de tel que la perspective d’une élection municipale pour nous ouvrir l’appétit. Non pas qu’on accorde beaucoup d’importance à ce calendrier du pouvoir. Mais au fond, notre bilan, c’est aussi celui du règne d’Aubry et de sa clique. L’occasion est trop belle de gâcher la fête, et d’enrayer la propagande auto-satisfaite qui s’apprête à dégorger. Celle qui repeint Lille tantôt en ville populaire et accueillante, tantôt en métropole tertiaire et rayonnante. On a donc cherché à rétablir certains faits, à restituer la manière dont le socialisme hégémonique dessine un avenir qui ne profite qu’à quelques uns.

On ne va pas se mentir : le scrutin qui vient n’a pas de quoi faire frissonner. La démocratie locale est dans un état de décomposition particulièrement avancé. En guise de « démocratie », on a surtout affaire à un parti aussi tout-puissant qu’il est peu légitime. D’un côté, le Parti socialiste a verrouillé l’essentiel des instances municipales, communautaire, départementale et régionale. De l’autre son leader, Martine Aubry, maire de Lille et présidente de Lille Métropole, a été élue avec à peine 27 000 voix. 27 000 voix, pour environ 124 000 inscrits : à peine un électeur sur cinq soutient l’actuel monopole socialiste. Pour bien faire, l’essentiel du pouvoir est confisqué par Lille Métropole, arène bétonnée soustraite aux suffrages et qui fonctionne au consensus gauche-droite.

Les combats politiques se sont aplatis sur les luttes internes de pouvoir : Daniel Percheron, président du conseil régional, s’endort en pensant à la meilleure manière de torpiller le premier adjoint au maire Pierre de Saintignon – et réciproquement. Aubry est occupée à recaser ses proches tous azimuts. Europe Écologie les Verts s’apprête à mettre en œuvre les douces prescriptions marketing contenues dans son guide de campagne municipale : sondages téléphoniques, « pré-campagne de notoriété », cartes de visite, etc [1]. Le Parti Communiste opte au premier tour pour une ligne autonome dans le cadre du Front de Gauche : reste à voir si au second tour ses responsables se satisferont de quelques postes aux côtés du PS, du Modem et des Radicaux de Gauche (de droite).

Un programme pour nos lecteurs et lectrices

Comme lors du précédent scrutin, et conformément à notre ligne éditoriale, vous ne trouverez donc nulle consigne de vote – ou de non-vote – dans nos pages [2]. Par contre, si on peut mettre en lumière quelques-unes des zones d’ombre de la « métropole attractive », ou fissurer ce consortium du consensus qui fait parler d’une même voix mairie, LMCU, médias et patrons, alors on s’en sera déjà pas trop mal sortis.

On vous a donc concocté trois numéros thématiques. Le premier volet, chez vos marchands de journaux actuellement, prend d’assaut la question du logement et de l’habitat. Le prochain visera l’un des totems de la propagande Aubry : cette « culture » élitiste produite par Lille3000 et consorts. Le dernier filera quelques coups de latte à ces pouvoirs qui, au niveau local, encadrent quotidiennement la mise en place des grands desseins politiques et patronaux. Et comme on nous reproche souvent de râler beaucoup et de ne pas proposer grand chose, on a même décidé de relayer des expériences qui nous paraissaient bonnes à cogiter.

Problèmes de tune oblige, on a décidé de restreindre la diffusion sur la métropole et de baisser le grammage du papier. Les curieux et les curieuses de Dunkerque ou Abbeville devront donc s’abonner. Mais pour fêter la rentrée, on a quand même voulu vous mettre tout confort avec quatre pages de rab, et une nouvelle maquette aux p’tits oignons. Vous pouvez toujours suivre le site internet (labrique.net), qui fera bientôt lui aussi peau neuve et proposera un contenu différent du journal. Voilà donc notre programme. Il est pas bien budgété, mais réaliste. La nouvelle Brique, c’est 49 grammes, et autant de balles pour ces municipales.

Le collectif de rédaction

Notes

[1Pour d’autres horreurs du genre, se reporter à la partie V du livret disponible sur conseils-elections.eelv.fr/le-livret-municipales.

[2Voir le numéro 6 de La Brique. Putain, six ans déjà…

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...