Édito : La lutte est une fête

edito

Mars 2016, le collectif de La Brique s’active sur un futur numéro  « santé ». Une fois n’est pas coutume, on est moins à l’arrache que d’habitude. Mais dehors ça pète. La manif du 31 mars contre la loi travail, à Lille comme ailleurs en France, est un tournant : des milliers de personnes défilent, bien déterminées à établir un rapport de force face à un gouvernement sourd et méprisant. L'État abat son bras armé sur la place de la République lilloise, transformée en défouloir policier en quelques minutes. On ne peut pas rater ce mouvement. C’est dix ans plus tôt, à la suite du CPE, que notre canard est sorti de son œuf. Notre collectif décide de remettre le numéro santé à plus tard, pour se concentrer sur l’agitation sociale ambiante.

Nuit debout démarre en fanfare, on suit les tâtonnements de ce mouvement. Rapidement, les discussions et actions se complètent. Après de gentilles « casserolades » sur le passage d’Aubry, un groupe d’étudiant.es, précaires, interluttant.es, nuit deboutiste (et on en passe) occupe le centre des impôts tandis qu’une manifestation prend des chemins de traverse, au grand dam des flics. Ça bouillonne. Le bloc anticapitaliste grossit, constitué de personnes aussi variées que motivées. Les façades mornes des locaux du PS, d’Apple Store, d’Air France, du Printemps, de commissariats prennent des couleurs aux rythmes des manifestations et des escapades d’amateurs de peintures à l’extincteur.

Odeurs printanières

Les douces odeurs du printemps sont relevées par des relents épicés de fumigènes et de feux d’artifices qui envahissent les défilés, par la fumée âcre des pneus qui brûlent sur les barrages du dépôt de carburant de Douchy et sur l’A25. Mais les gaz lacrymogènes brûlent le nez. La répression a toujours sale gueule. Les flics vénères fracassent de l’étudiant.e en manif. Les juges aux ordres du ministère de l’Intérieur criminalisent le mouvement. L'État, féroce, sort les crocs. On pense aux personnes humiliées, aux blessé.es, aux condamné.es. Et à Antoine, militant syndicaliste arrêté en début de manifestation, incarcéré en attendant son procès le 9 juin.

edito 1

La stratégie du pouvoir : diviser

Physiquement, les cortèges sont scindés entre « bons et mauvais manifestants » tant par les flics que les services d’ordre de certains syndicats. Idéologiquement, La Voix du Nord fait son boulot de fossoyeur de la contestation, pendant que des directions de centrales syndicales condamnent « des violences » des manifestant.es sans le moindre recul, se mettant leur base à dos. Un exemple de plus qui montre à quel point le pouvoir, qu’il soit dans les mains des gouvernants, des réactionnaires ou des progressistes, est nocif. Quand les manifestations débordent, c’est aussi la base qui aspire à déborder. Il est entendu que les avancées ne se font pas à coup de dialogue mais que c’est par le conflit que l’on peut faire face à un gouvernement.

Occupons tout

L’amphi Archimède à Lille 1, l’Insoumise, la place de la République, le Théâtre du Nord sont autant de lieux qui permettent à la lutte de prendre corps. En Italie, en Espagne et en Grèce, l’occupation des espaces est une force politique éprouvée. C’est en incarnant les mouvements dans les espaces publics tels que les places, les facs, dans les squats, les théâtres et tous les lieux de pouvoir que les gens se rencontrent, combattent et renversent le rapport de force.

La lutte est une fête

Alors créons des ponts entre les luttes émancipatrices et idéologiques, qu’elles soient contre des lois ou des frontières. Migrant.es de Calais, des Olieux et d’ailleurs, étudiant.es d’Archimède, autonomes, féministes, ouvrier.es, syndicalistes ou pas, précaires, aux interluttant.es et tous les autres, faisons bloc, contre l’État, contre sa loi ! Et dans toute cette effervescence, rappelons-nous que derrière les conflits, les affrontements, les revendications, la lutte est une fête.

Le collectif de La Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...