Edito N° 30 - Carlton, une affaire de classe

numero30La Brique, trentième !

Coups de sang, coups de tonnerre, coups de blues ; La Brique s’aime, se déchire, déçoit, réjouit... Dans les ressorts de ses positions politiques, de ses affinités, de ses (non-)agissements. Il y a eu tous ces derniers mois des coups de grisou dans les mines de notre canard.

 

Notre innocence s’est envolée pour laisser place à une gravité, « quelque chose de noir ». Encore plus noir que la « sinistrose » qu’on nous reproche parfois, à tremper nos plumes dans une critique acide, sans pub, sans pitié.

La Brique s’est toujours dit qu’elle voulait faire de l’enquête et de l’info : relayer ce qui se passe, démonter la mécanique du monde qui nous entoure, donner la parole à ceux et celles qu’on n’entend pas, ne pas parler uniquement de ce qui nous concerne, être un écho de différentes luttes... Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions et nous ne sommes pas toujours à la hauteur de notre ligne éditoriale ; des fois même, on en est loin. Alors très logiquement on a pris des claques, des coups de pieds au cul. Nous sommes aujourd’hui pétri-es de questions qu’on n’aurait pas pu soulever sans de nombreuses personnes de nos entourages, sans des erreurs parfois irrattrapables ; à se croire exempt-es de certains comportements dominants, bourgeois, qu’on dénonce par ailleurs.

Si nous ne pourrons pas briser tous les cercles qui nous enferment, pris-es par la folie de cette société, nous pourrons toujours tenter de faire face, ensemble, aux questions douloureuses. Dans la violence de son époque, La Brique a choisi son camp, ses armes. Elle tient sa barricade entre un pouvoir élitiste (d’hommes et de Blancs) asservi à l’économie, au carriérisme, et une presse caniveau. C’est en luttant chaque jour contre l’ennemi en nous, et hors de nous que nous pouvons espérer rompre les mécanismes d’oppression et de domination qui touchent chacun-e (in)différemment.

Ça doit être la crise de la trentième. Un agrégat parfois gauche et violent d’idées et de personnalités... Alors est-ce que ça ne sentirait pas un peu le coup de vieux tout ça ? C’est bien possible. Et on espère que ces questions vous touchent aussi. Pour autant ne vous en faites pas trop pour nous : on n’a pas perdu nos canines, ni notre verve. On n’oublie pas les coups et conséquences du 14 janvier dernier [1]. On n’oublie pas Frédérick Lecluyse, qu’on ne remerciera pas d’avoir privé le tribunal d’un procès contre toutes les formes de racisme. On n’oublie pas le carnet d’adresses de Dodo la Saumure : flics, patrons, juges, avocats, journalistes, élus ; cette odeur de cigare, d’alcool et de prostitution, qui souffle jusque sur le conseil municipal lillois. On n’oublie pas les pouvoirs et les institutions qu’on ne veut pas réformer mais envoyer en l’air.

Le collectif de La Brique.

Notes

[1« Communiqué de La Brique à propos de la soirée de La Brique au CCL », La Brique n°25, « Pas de justice, pas de paix », La Brique n°28.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...