Edito N°32 - Coloniser Tortuer Expulser

numero32

Au-delà du mépris

Ce 16 mars 2012, le communiqué du ministère tombe, odieux : «  À l’occasion du 50e anniversaire du cessez-le-feu de la guerre d’Algérie, l’État n’organisera aucune commémoration nationale […] Le 19 mars [...] marque l’amorce d’un drame pour les rapatriés, contraints au déracinement, et le début d’une tragédie pour les Harkis, massacrés dans les semaines qui suivirent ».

 

50 ans ont passé et l’État français n’a pas changé de discours. Une mémoire instrumentale, partisane et à deux vitesses, qui permet de garder le silence sur les crimes coloniaux commis avant et pendant la guerre. La torture, pratiquée pendant les huit ans du conflit par exemple, ou encore le nombre gigantesque de morts (250 000 selon l’État français, 1 million selon le décompte du FLN en 1964). Cette chape de plomb empêche également de comprendre bon nombre des phénomènes politiques et sociaux d’aujourd’hui : la ghettoïsation des populations maghrébines et immigrées en France ; l’islamophobie galopante héritée de l’organisation coloniale ; la persistance des intérêts économiques et militaires français en Algérie et en Afrique ; la chasse aux personnes sans-papiers, etc.

50 ans ont passé depuis les accords d’Évian et les colonisé-es d’hier continuent d’être les opprimé-es d’aujourd’hui. À Coquelles, une vingtaine d’exilés entament mi-avril une grève de la faim pour protester contre leur enfermement : « Ils nous traitent comme des animaux  », écrivent-ils à leurs soutiens. À Bruxelles, ce sont 23 sans-papiers qui n’ont pas mangé depuis plus de cents jours. Dans la presse, pas un mot sur leur désespoir et la lutte pour leur dignité. Parallèlement, dans les médias, les musulman-es continuent d’incarner l’ennemi intérieur. À Roubaix début avril, au lendemain de l’affaire Merah, trois musulmans (forcément présumés terroristes) sont jetés en pâture aux vautours médiatiques. Deux jours après leur arrestation, ils sont relâchés. Le dossier ? Vide. Et pendant ce temps-là, les agressions et les récupérations politiciennes redoublent de violence : « musulmans d’apparence », « civilisations inégales », et tutti quanti.

De l’oubli du massacre algérien au déni de justice, il n’y a qu’un pas. Mais au-delà du mépris, il y a dans l’air comme une perpétuation de la vieille rengaine coloniale et de son racisme culturel. Dans un rapport publié le 24 avril 2012, soit deux jours après le score historique du F-haine, Amnesty International note par exemple : « Les musulmans sont victimes de discrimination sur le marché du travail [...] On refuse aux femmes musulmanes des emplois uniquement parce qu’elles manifestent leur appartenance à une religion […] Dans le domaine scolaire, les restrictions du port de tenues et de signes religieux et culturels ont entraîné l’exclusion d’élèves de confession musulmane. » Une constatation claire qui dessine l’axe de la résistance pour les luttes anti-racistes de demain.

Le collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...