Édito N°43

editobranche 2 1Que crève le vieux monde... et celui qu’ils nous préparent avec

Les moyens de communication n’ont jamais été si omniprésents, et pourtant question chaleur humaine, on se les pèle sévère. Un lieu commun pas encore assez investi.


Pour tous ceux qui sont attachés à l’humain dans tout ce qu’il a d’imprévisible, si l’avenir fait peur, le présent est déjà une lutte permanente. Ce monde lisse et calculé que des ingénieurs préparent, nous le subissons (presque) partout ; avec tous ces outils qui visent à nous cadrer, contrôler, « aider », et qui se multiplient plus vite dans leurs imaginaires malades que des pains dans les mains de Jésus. Détecteurs obligatoires à la maison, pass indispensables dans les transports, identités numériques nécessaires. Si l’anormalité est aujourd'hui directement repérable, c’est que la norme se quadrille de mieux en mieux.

Nique ta frenchtech

Ces classes dites « créatives » qui veulent tellement notre bonheur qu’elles le confisquent en octet ne logent pas que dans la Silicon Valley. Tout près de chez nous, dans le parc d’Euratechnologies à Bois Blancs, des cadres bien intentionnés travaillent. Des puces RFID qui traquent nos déplacements à pléthore « d’applis » aussi inutiles que vampirisantes, leurs merveilleuses inventions œuvrent déjà à « fluidifier » nos existences et à meubler le vide dans lequel ils veulent nous confiner. Pour rajouter de l’aigreur à la soupe, le tout prospère sur les ruines des industries qui avaient déjà saccagé le territoire. Le capitalisme nous impose une histoire sans fin qu’il faut court-circuiter.

editobranche 2 1

S’immiscer dans les failles

La bataille se joue à tous les niveaux. Chaque recoin de nos existences est attaqué, même le plus intime. Peut-être est-ce pour cela que lutter peut paraître aussi complexe aujourd’hui. On ne sait parfois plus par quel bout démonter un système plus insidieux que jamais.
Dans ce qu’il faut bien appeler un champ de bataille, la manipulation du langage, à défaut d’être une nouveauté, est permanente. C'est pour cela que dans les open spaces, à la télé et même dans nos conseils municipaux, nos ennemis s'accaparent des termes. Celui de « liberté » pour en faire l’étendard de leur intolérance, de « démocratie » pour légitimer leurs politiques d’exclusion, ou de « réseaux sociaux » pour expliquer comment ils ne peuvent exister sans une bonne connexion wifi. Mais c’est précisément de réseaux sociaux dont nous avons besoin dans nos luttes, de liens à tisser ici et maintenant. Pas de grands partis en qui croire, pas de grands soirs à attendre. C’est avec une « lente impatience » comme disait Daniel Bensaïd, qu’il faut se glisser dès à présent dans les interstices du pouvoir – ce que font, parmi d'autres, les camarades des ZAD. Ces idées qui nous animent, un écrivain de science-fiction en parle bien. On a sollicité Alain Damasio pour une petite interview qui, l’air de rien, s’est transformé en un entretien de quatre pages. Une première dans le canard. On l’a laissé dans son intégralité : l'occasion, aussi, de rendre un hommage de style aux copains d’Article XI, qui sortent le dernier numéro papier de ce qui fut un sacré canard.
Pour ce qui est de notre tambouille, on a interrompu la forme thématique pour pouvoir, à nouveau, tirer dans tous les sens. Car si le nouveau monde nous enserre, l’ancien nous colle toujours aux semelles. Du petit patron de presse qui s’en met plein les fouilles, à Coca qui vante son capitalisme féministe, en passant par une arnaque à l’eau et la résistible ascension du Front National. Symptôme de l'époque, on a croisé les flics à peu près partout où on est allés fureter. Sur la route des vendeurs de roses lillois, agressés et rackettés par la police aux frontières, à Montigny-en-Gohelle où les proches de Lahoucine - tué par la police il y a deux ans - ne sont pas prêts de lâcher l’affaire.
C'est un peu le défi permanent de La Brique : vous donner l'envie de lire des pages qui capturent un peu de l'air du temps – même quand il est rance.

Le collectif des rédacteur.ices et dessinateur.ices de La Brique.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...