Aux pieds de Thémis - justice de classe

dessous justice foolmoon 1La justice est un pouvoir qui s'abat quotidiennement, principalement sur les classes populaires, avec la complicité d'une police bénéficiant de toujours plus d'impunité. Discussion avec un avocat et Thomas Léonard, universitaire de Lille 2 réalisant sa thèse autour comparutions immédiates.

« On (re)découvre la hagra, mot d'origine arabe prononcé aussi « hogra », désignant un mélange de mépris et d'humiliation, d'abus de pouvoir et d'injustice, dans le cadre d'un système fier d'afficher les principes de liberté, d'égalité et de fraternité mais qui, en pratique, se crispe dans le déni de ses discriminations sociales et racistes. »

Mognis H. Abdallah, Rengainez, on arrive !

À ceux ou celles qui douteraient du « tout carcéral », voici tout d'abord quelques statistiques de peines, tous types de prévenus confondus, dans les chambres de comparutions immédiates du Nord, on trouve : 87% de prison ferme à Avesnes ; 78% à Hazebrouck ; 75% à Lille. Et s'il y avait encore des doutes quant à la racialisation de la justice dispensée, pour les prévenus sans casier judiciaire (tous délits confondus), c'est 76% de prison ferme pour les étrangers ; 36% pour les Français1. Comme le dit Xavier2, avocat au barreau de Lille depuis plusieurs années : « Les dominants veulent des prisons pleines. Ce monde a besoin de cette justice, de ce rapport de force. » Assurément, son discours dénote avec la profession : « On présente souvent la justice comme un outil permettant de faire évoluer le droit. » En réalité, « ce n'est qu'un indicateur de l'évolution de la morale bourgeoise. Elle laisse juste assez d'espoir pour faire évoluer quelques bricoles pendant que rien ne change. Cette justice est parfaite pour laisser les choses en l'état. » Elle donne à voir « suffisamment de gens remis en liberté pour faire peur à certains, suffisamment de gens en prison pour faire peur à d'autres » et les envoyer travailler. La justice traduit en verdicts les valeurs du système qu'elle sert. « Si le droit donnait raison aux squatteurs, aux pauvres, cette société ne fonctionnerait plus. »

dessous justice foolmoon 2

Classe contre classe

Les magistrats sont issus d'une école et d'un concours unique (l'École Nationale de la Magistrature, à Bordeaux). Pour Xavier, « ils ont un profil grosso modo identique : classe moyenne originaire d'une petite ville. Il faut croire dur comme fer à la méritocratie, avoir un attachement infini à la magistrature, une dévotion énorme. Il y a derrière tout cela une glorification sociale de caste. » Lorsque l'on considère, en comparution immédiate par exemple, que 65% des prévenus sont des chômeurs3, dans leur énorme majorité issus des classes populaires, on comprend mieux le mépris de classe qui fend l'air vicié des tribunaux. Xavier évoque également « la présomption d'innocence » : « C'est toujours bon pour les autres. Les juges s'adressent aux accusés comme à des coupables. Leur ton change lorsqu'ils s'adressent à une personne qui a fait des études supérieures. Quand tu sais bien t'exprimer, là, c'est différent. » Il faut dire que la loi n'est pas faite différemment. « La justice de classe ? C'est presque inscrit dans le code pénal ! » s'exclame Thomas Léonard, qui a planché dessus : « Un juriste te dira qu'on ne met pas en prison quelqu'un de bien inséré pour ne pas le désocialiser. Autrement dit : un pauvre, il est déjà désocialisé, alors il n'y a pas de raison de ne pas le mettre en prison. Les termes du langage juridique légitiment explicitement les discriminations au travers des "garanties de représentation". » Une notion qui justifie qu'à cas égal on mette en prison un SDF ou un rom là où un cadre sup' aura du sursis. Selon le principe qu'un individu sans logement fixe risquerait de ne pas exécuter sa peine.

Protection de caste

Entre les prévenus et les magistrats, la flicaille. À n'en pas douter, « il y a une corrélation entre contrôles d'identité et exaspération, qui génèrent de l'énervement et de la violence, notamment des jeunes des quartiers populaires. » Au cours des procès, la parole policière pèse toujours plus lourd que toutes les autres. « On se rend compte qu'encore plus qu'hier, il est impossible de la remettre en cause, surtout avec des magistrats qui font également face à des cadences de travail de plus en plus rapides », constate Thomas Léonard à l'issue de ses recherches. Lorsque des policiers affirment « reconnaître la personne qui leur aurait jeté une télé du dixième étage d'une tour, la parole policière prévaut, même si on voit très bien qu'elle est peu fiable ». Ça arrange les juges de ne pas la remettre en question. « On voit que ce n'est pas exactement ce qui a dû se passer, mais les magistrats s'en contentent ». Cela transparaît notamment dans les procès verbaux quand « deux personnes interrogées par la police tiennent les mêmes déclarations au mot près. » Le doute bénéficie plus souvent à l'accusation et les policiers hésitent de moins en moins à se porter partie civile dans des audiences 4. Un fait « révélateur des tensions sociales », pour Thomas Léonard. Sans doute aussi une manière d'arrondir les fins de mois avec quelques indemnités faciles.

Et lorsqu'une personne meurt dans la rue, dans un fourgon ou dans le fond d'un commissariat, sous les coups des forces de l'ordre, comme Hakim Djelassi ou Lahoucine Aït Omghar 5. « C'est souvent parole contre parole lors des procès. Les examens médicaux permettent rarement de dire avec certitude si les coups constatés sont compatibles avec ce que disent les procès verbaux ». Pire, « les enquêtes de l'Inspection Générale des Services n'aboutissent jamais à des sanctions. Pour la simple et bonne raison que les flics de l'IGS sont des anciens flics de terrain ; ils savent qu'il y a des abus policiers mais aussi qu'il y a des individus qui portent plainte à tort : dans le doute - qu'il y a très souvent, il n'y a pas de sanction. » Il y a aussi toutes ces fois où il n'y a pas de procès. L'enquête est étouffée, les parquets n'ouvrent pas d'instruction. Cela ne peut mener qu'à la résignation, l'organisation collective, l'émeute. Comme le souligne Mognis H. Abdallah dans son livre : « Quand ces crimes continuent en toute impunité, il devient impérieux de se défendre. Collectivement. Par tous les moyens nécessaires. »6
W.R

1 : Statistiques tirées des recherches de Thomas Léonard, produites à partir de la collecte de minutes de jugements de Tribunaux de Grandes Instances. Ils portent sur 2007 et 2008 pour Hazebrouck, et sur 2008 pour Lille et Avesnes. 1700 jugements en comparution immédiate dont environ la moitié portent sur les juridictions du Nord.
2: Le prénom a été modifié.
3 : 27,5% d'ouvriers et employés, 3,5% de professions intermédiaires et supérieures, cadres, artisans, commerçants et chefs d'entreprise, 3% d'étudiants, 1% de retraités.
4 : Une étude de Fabien Jobard et Sophie Névanen montrent que les policiers se portent plus souvent partie civile quand l'individu est maghrébin ou noir, ce qui a pour effet d'accentuer les peines qu'ils reçoivent et contribue de ce fait à une discrimination.
5 : labrique.net, « Comment est mort Hakim ? », 2009 ; « La police tue dans les corons », 2013.
6 : Rengainez, on arrive ! de Mognis H. Abdallah, éditions Libertalia, 2012.

 

 

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves industrielles

    Tropicalia, un projet Berck Berck ! Dans le genre projet inutile, la serre gigantesque de Tropicalia se pose là. À deux pas de la station balnéaire et hospitalière de Berck sur la Côte d’Opale dans le Pas-de-Calais, le projet de la plus grande serre tropicale du monde est prévu sur les communes de...

    Lire la suite...

  • Le bruit et l'odeur de l'industrie

    L'été 2020 avec La Brique, on a fait un tour de la région pour observer ceux qu’on assimilait au monde d’avant : les ouvrier.es ! On ne finit pas de les enterrer et pourtant ils existent. Baladez-vous le long de L’Aa, la Lys, la Deûle, la Scarpe, l’Escaut (dans cet ordre-là), pour faire un grand tour...

    Lire la suite...

  • L'US Café de Steenwerck

    Derrière ce nom qui sent le far-west se cache un bar éphémère installé sur un terrain au bord de l’A25. Des sièges et tables en palettes, un bar plein-air, des toilettes sèches : à mi-chemin entre le tiers-lieux et la ZAD, l’US Café apparaît depuis 2 ans pendant la période estivale grâce à un...

    Lire la suite...

  • Cargill : fleuron de l'industrie française ?

    Cargill, premier producteur agro-alimentaire mondial a une usine d’amidon à Haubourdin. Pour rappel, en automne 2019, la direction annonce une importante vague de licenciement (ou Plan de sauvegarde de l’emploi, PSE), au moins 180 emplois sur 330 sont concernés. Dès janvier, les ouvrier.es se...

    Lire la suite...

  • Haubourdin : l'industrie au nez des salarié.es

    La production de l'usine a déjà été arrêtée une dizaine de jours depuis l'annonce du PSE.   Deuxième mois de mobilisation pour les salarié.es de Cargill Haubourdin (lire La Briquette « La France en feu, les réformes au milieu », janvier 2020). Pour rappel, le numéro 1 mondial de l'agro-alimentaire...

    Lire la suite...