Escapade au pays de la maltraitance

EMALe vendredi 1er Mars, le Collectif des Olieux et ses soutiens ontmené une action pour dénoncer l'accueil méprisable et lamaltraitance réservé aux jeunes exilé.es arrivant à Lille.

 

La structure responsable de cette situation, c'est EMA (Évaluation et Mise à l’Abri), située dans le foyer de mineur.es, rue d’Esquermes.Détentrice de l'agrément obtenu sur appel d'offre du département dans le cadre de l'aide sociale à l'enfance, cette association a, en théorie, deux missions principales : l'hébergement des personnes et le recueil de leur récit de vie afin de déterminer si elles sont mineures. Sauf que la réalité est tout autre : pas d’hébergement, refus dans certains cas de délivrer un rendez-vous pour passer l’entretien, interrogatoire de plusieurs heures avec intimidation, questions pièges et vérification des données numériques. Les personnes sont d’abord vues comme étrangères tentant de frauder, plutôt que comme des mineur.es à protéger. Le zèle des "éducateur.rices"durant cette "évaluation administrative" abouti dans la grande majorité des cas, quand le résultat leur est transmis, à un refus de minorité.

"EMA, t'es hors la loi, EMA respecte leurs droits!"

À force d'être témoins de ces pratiques de rejet des étranger.es, le Collectif des Olieux a décidé de rappeler à cette association, ses obligations légales.

Une cinquantaine de personnes,musicien.nes, banderoles et pancartes s'est donc élancée à l'assaut d'EMA. Au cri de "EMA, EMA, t'es hors la loi", la petite équipe fait irruption dans les locaux del'association. Des communiqués sont éparpillés, les slogans résonnent puis unelecture du livret édité pour l'occasion1 a lieu. Quand une éducatrice du service tente de prendre la parole, les slogansreprennent de plus belle. « EMA, EMA,respecte leurs droits ! » L'heure n'est plus à la discussion ni aux excuses alambiquées maintes fois entendues.

EMA

Ensuite, deux banderoles sont déployées dans la cour, on peut y lire : « Expert en Maltraitance Abjecte ; EMA, ASE : police des mineurs ». Jeunes et soutiens resté.esbloqué.es dans le premier sas d’entrée parviennent à rejoindre la troupe en se faufilant par les fenêtres. Et tandis que le directeur du foyer tente de prendre la parole, la musique et les slogansredoublent d’intensité. La situation des mineur.es non accompagné.es reste toujours aussi indigne etrévoltante. Menaces, pressions,intimidations sont les pratiques d'EMA.

La loi asile contre l'immigration

Tristes nouveautés en ce mois de mars à la Police aux Frontières (PAF) : la prise d’empreintes et le fichage dans un dossier national2. Cette pratique est le résultat de l’entrée en application des décrets de la loi asile et immigration. Ce fichier a pour objectif inavoué de contrôler et de surveiller davantage « l’étranger », vu comme une personne dangereuse, pour au final l’expulser. Le droit de l’enfance en prend un sacré coup. D’ailleurs dix-neuforganisations3 dont la très radicale UNICEF ont déposé un recours devant le conseil d’état contre ce décret. Par ailleurs,plusieurs témoignages affirment le retour des tests osseux. Pratique dénoncée par le corps médical pour son manque de fiabilité et sa logique stigmatisante, elle devient illégale si non pratiquée à la demande d’un juge.

Les "éducateur.rices" EMA sont les soldat.es dévoué.es de la politique comptable et répressive des personnes exilé.es, imposée par l’État français. Cette stratégie réfléchie n'a qu'un seul but: décourager les éxilé.es à s'installer ici. Il n’y a pas d’évaluation juste basé sur des critères rationnels. Il n’y a pas non plus de bonne évaluateur.trice. Aucune formation, aucune expérience de l’interrogatoire, aucune intime conviction ne peut justifier du sort que subissent toutes ces personnes durant leur "évaluation".

Roseau

1. Disponible sur le blog du Collectif des Olieux : olieux.herbesfolles.org

2. Fichier nommé « Appui à l’Evaluation de la Minorité » (AEM) qui comprend aussi photos etdonnées personnelles.

3. « Recours contre le décret du 30 janvier 2019 relatif à l’évaluation et au fichage des mineurs isolés », Info Mie, consultable en ligne.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Appel à temoignage

    Cet appel à témoignage est en relation avec l'article Baiser sans bébé : Toute une histoire Un enjeu de la contraception propre aux femmes, c’est d’abord de pouvoir faire l’amour sans devenir mère. Si le risque de « devenir parent » implique les deux personnes, les précautions à prendre par...

    Lire la suite...

  • La Saga de l'été arrive : Eclairage sur les lumière lilloises !

    Profitez de vos soirées libres d'été pour éclaircir les zones d'ombre sur les lumières lilloises ! Les 4 dernières parutions de La Brique ont eu le plaisir d'acceuillir une saga encore plus éblouhissante que la saga Star Wars ou encore Harry Potter, la saga des Lumières. Chaque vendredi, à...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...