Un barouf contre la mal-bouffe

03mai 1Mardi 3 mai, 11h30. Pour faire découvrir à la police nationale le pire de la gastronomie lillo-américaine, RonaldE McDonald entraîne une centaine de joyeux.ses tapeurs.ses de casseroles à travers tout le centre ville.

 

La première visite se fait dans le McDo de la Grand'Place. Tapage de casseroles sur fond de mal-bouffe. Direction le dernier étage pour crier dans les oreilles des mangeurs de hamburger : « Le Mc Do c'est de la merde et en plus c'est cher ». Les client.es sont soit amusé.es, soit ouvertement hostiles, d'autres se cachent derrière leurs plateaux en attendant que l'orage passe. Dehors, une responsable retire frénétiquement les affiches collées sur les vitrines. C’est que le texte de l'affiche fait tâche : il soutient les salarié.es en lutte et souligne que McDo cache ses bénéfices dans les paradis fiscaux, comme l'a révélé l'affaire Luxleaksà propos de laquelle un journaliste et un lanceur d'alerte passent en procès cette semaine.Elles sont immédiatement recollées à la va-vite. L'employée s'indigne : « Ce qui se passe au dernier étage, ce n'est pas bon enfant, ça pourrit nos conditions de travail ». C'est vrai que la loi El Khomri, question conditions de travail...

 03mai02 1

« On balade nos poulets »

 

Les premiers paniers à salade débarquent. Enfin un public intéressé par l'action. Le cortège se met en route dans les rues piétonnes suivi par les véhicules de la police, direction le second Mc Do, près de la place de la République. Mais le manager, prévenu par son collègue, a fermé les portes devant les manifestant.es. Fermées pour fermées, on les barricade de l'extérieur. Chaises, tables, poubelles sont entassées devant l'entrée. « Ah j'avais prévu de manger là » se désole un passant cravaté. Dommage, les frites sont coincées à l'intérieur ! Les manifestant.es font demi-tour et reprennent la rue de Béthune. Direction le KFC, où les « cuistots » de la multinationale font frire du maïs OGM aux antibiotiques avec des plumes vendu sous l'appellation « poulet ». Après le boxon sonore à l'intérieur, la petite troupe s'en retourne tranquillement en rendant les plateaux devenus percussions... si on le demande gentiment. En face, ce sont d'autres poulets, en armure et bouclier, qui gardent l'entrée de la gare. Quatre camions de CRS et une voiture de la BAC suivent le cortège, rue Faidherbe. Devant l'Apple Store, redécoré à chaque manif', un cordon de CRS munis de flash-balls protège la devanture façon partenariat public-privé. Un slogan de circonstance résonne : « police nationale, police du capital ».

 03mai04 1

 

DSK n'est pas KFC.

 

Le cortège passe devant l'hôtel Le Carlton. Une petite visite s'improvise. Les CRS se précipitent pour nous en empêcher, faudrait pas non plus déranger l'oligarque pendant sa pause déjeuner. La balade reprend et ça promène les keufs dans toutes les rues piétonnes depuis une heure à tel point que les RG suivent … en vélo. Faut dire que pour une fois il fait beau et qu'ils sont menés en bateau depuis une bonne heure. Un temps d'indécision, puis le cortège s'engouffre dans le centre commercial des Tanneurs. Peu de réactions à l'intérieur. Le slogan « Anticapitaliste, ha ha » n'est curieusement pas repris par les consommateurs et consommatrices en goguette. Il est 13H, l'AG va commencer devant le théâtre du Nord, fin du parcours.

Bref, une belle promenade de santé pour emmerder ceux qui nous la pourrissent ! 

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...