Médias Libres, le catalogue !

JPEG - 149.3 koInitiées en 2008 par radio Canut, Rebellyon, Indymedia Grenoble et quelques autres, les rencontres Médias Libres ont cette année donné naissance (entre autres projets) à un catalogue. L’occasion de feuilleter la diversité de ces expressions libres, rageuses et de découvrir quelques feuilles de choux, sites ou radios. A diffuser autour de vous pour que ces alternatives et critiques en acte de la presse dominante se propagent !

 

Ouvrez grands les yeux et les oreilles, et oubliez les cra­pu­les de TF1, les réacs du Figaro ou les publi­ci­tai­res de Libé  ! Car, dans chaque ville, dans chaque région, des jour­naux, radios, mai­sons d’édition et sites web dif­fu­sent autre chose que la soupe libé­rale, people et sécu­ri­taire. Nous, médias libres d’infor­ma­tion comme de contre-infor­ma­tion, indé­pen­dants économiquement, déve­lop­pons des points de vue aigui­sés et sub­ver­sifs sur le monde et les luttes socia­les.

À quoi tient notre exis­tence ? Des bouts de ficelle par-ci, des coups de main par là, beau­coup d’huile de coude et très peu d’oseille… Ce cata­lo­gue est donc une invi­ta­tion à nous décou­vrir, nous lire, nous cli­quer, nous dif­fu­ser, nous écouter… ou nous imiter !

Nos médias libres sont divers et diver­gents. Mais nous sommes soli­dai­res. Nous avons décidé, lors des ren­contres de sep­tem­bre 2011 à Forcalquier, de sou­te­nir toute démar­che de pro­duc­tion d’infor­ma­tion auto­nome, col­lec­tive et mili­tante. Nous refu­sons de répon­dre aux stan­dards du com­merce et de l’indus­trie pour par­ta­ger des idées. Et nous vou­lons les par­ta­ger le plus lar­ge­ment pos­si­ble.

JPEG - 149.3 ko

Vous pouvez télécharger le catalogue en cliquant ici.

Les coups foireux de Presstalis

Ha, la Résistance. Le pla­teau des Glières. Guy Moquet. Son Conseil natio­nal (CNR) qui pro­met­tait « liberté de la la presse, son hon­neur, et son indé­pen­dance à l’égard de l’État, des puis­san­ces d’argent et des influen­ces étrangères ». Ces atten­tes bien légi­ti­mes se sont par­tiel­le­ment concré­ti­sées en 1947 par le vote de la loi Bichet qui garan­tis­sait aux titres de presse une dif­fu­sion natio­nale, équitable et soli­daire au sein d’un sys­tème coo­pé­ra­tif.

Au musée, toutes ces vieille­ries ! Fin 2010, en lou­cedé, Presstalis (ex-NMPP, l’une des deux socié­tés de dif­fu­sion de presse) a sérieu­se­ment écorné le sys­tème de péréqua­tion des coûts de dis­tri­bu­tion dont pro­fi­taient les titres d’infor­ma­tion poli­ti­que : les ventes des jour­naux à faible tirage payent à peine leur seule impres­sion. Finies les peti­tes exo­né­ra­tions, la dif­fu­sion incondi­tion­nelle, et — hon­teux pri­vi­lège — la logi­que de redis­tri­bu­tion qui obli­geait la presse à gros tirage à sou­te­nir indi­rec­te­ment nos canards. Presstalis — qui, depuis juillet 2011, est com­posé de deux coo­pé­ra­ti­ves : une pour les maga­zi­nes, l’autre pour les quo­ti­diens — mise aussi sur des char­­ret­tes de licen­cie­ment (225 en décem­bre 2010, la suite au pro­chain épisode) pour équilibrer son défi­cit chro­ni­que, d’où les grèves à répé­ti­tion des ouvriers du syn­di­cat du Livre. Les kios­quiers n’ont qu’à bien se tenir pour sur­na­ger dans ce marasme : la fer­me­ture des points de vente est expo­nen­tielle.

Bien des jour­naux, revues, livres et objets bis­cor­nus se répan­dent déjà au prix de bidouilles et d’arpen­ta­ges de pavés, pour le plai­sir d’être auto­nome ou par néces­sité (Afrique 21, Blabla, Le Postillon, Promedios, Timult, l’éditeur Le Monde à l’envers). L’auto-dif­fu­sion pour­rait bien­tôt deve­nir la seule option pos­si­ble pour par­ta­ger et rendre visi­bles nos pro­duc­tions. Mais nous, on veut pou­voir choi­sir !


Des libraires sur le marché…

Pour par­ve­nir entre vos mains, cer­tains d’entre nous (Z, Tahin Party) s’en remet­tent au cir­cuit de dif­fu­sion du livre. Un vrai champ de bataille : les gran­des sur­fa­ces veu­lent du chif­fre, gri­gno­tées par les socié­tés de vente sur Internet. Le livre numé­ri­que ren­for­cera encore ces méga­struc­tu­res capi­ta­lis­tes qui font du livre un objet de consom­ma­tion cultu­relle, plutôt qu’un voyage ou un lien entre les gens et les idées. Les grands grou­pes de l’édition — dont cer­tains appar­tien­nent à des mar­chands d’armes — règnent pres­que sans par­tage sur le marché du livre. Mais il existe aussi des éditeurs et librai­res indé­pen­dants, des impri­meurs mili­tants, qui fabri­quent des bou­quins en papier, qui se bat­tent pour que des livres dif­fé­rents exis­tent, où l’esprit cri­ti­que et le ren­ver­se­ment de ce vieux monde ont toute leur place.

Les ondes sous les bombes

Ah, la Résistance. Radio Londres (« Les Français par­lent aux Français »). Les postes à galène. Après la guerre, les ondes ont pour­tant été bien ver­rouillées par l’ORTF. En 1981, quand il a libé­ra­lisé la bande FM, François Mitterrand ne s’inquié­tait pas outre mesure de la liberté de parole des radios asso­cia­ti­ves, cer­tain que l’argent y met­trait bon ordre. Trente ans après, le cynisme pré­si­den­tiel s’est véri­fié, et le cons­tat est sans appel : la bande FM est tenue et occu­pée par des radios com­mer­cia­les ou d’État. Il y a peu de fré­quen­ces de liberté, de dis­si­dence. Y en a pas une sur cent. Et pour­tant elles exis­tent, les radios libres ! Espaces de ren­contres, de réflexions, relais de luttes en cours ou pas­sées, elles sont un vec­teur d’infor­ma­tion sin­gu­lier (Radio Canut à Lyon, Radio Zinzine en Provence). Elles per­met­tent d’écouter d’autres musi­ques, d’autres créa­tions sono­res que la soupe com­mer­ciale, stan­dar­di­sée et répé­ti­tive que l’on entend des FM com­mer­cia­les aux super­mar­chés.

Et elles s’inquiè­tent, ces radios, de la pro­gres­sion du projet de Radio numé­ri­que ter­res­tre (RNT), qui son­ne­rait le glas de la bande FM et de l’auto­no­mie de dif­fu­sion des radios libres.


Le net dans le viseur

Internet n’est pas à l’abri des cen­seurs et des mar­chands. Des dis­si­dents (Indymedia, son­sen­lutte.net, Rebellyon) squat­tent la toile pour dif­fu­ser une info plus réac­tive, col­lec­tive et ouverte, pro­pa­ger l’actua­lité des luttes en cours et en archi­ver la mémoire. Plusieurs d’entre eux ont été pour­sui­vis ou mena­cés de l’être, et les lois répres­si­ves comme Hadopi s’en pren­nent à ce nou­veau ter­rain de lutte. Qui a dit qu’Internet était une zone de non-droit ? Qu’on se ras­sure : le droit triom­phe ici aussi, et c’est tou­jours le pou­voir qui le rédige.
Nous resterons en zone libre !

Ce cata­lo­gue est un pas pour relier celles et ceux qui veu­lent pro­pa­ger leurs pro­pres infos, pen­sées et cri­ti­ques révol­tées et uto­pis­tes, en butte à ce monde de domi­na­tion et d’oppres­sion.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...