Passe ton Master d’abord !

Mise à jour de l’article du 26 mai.

Décidément, c’est une triste campagne pour « HMM ». Jean-Claude Puchaux, son mandataire financier, vient de rendre sa démission pour « raison de santé », un mois après avoir dénoncé publiquement la gestion catastrophique des comptes de campagne du catho-candidat. Après tout, qu’il soit plus ou moins endetté, qu’il utilise des agences de communication pour faire sa campagne, c’est un peu le cadet de nos soucis.

27 ans et une aussi belle carrière

On savait déjà que l’homme accumulait les casseroles, et partageait des réflexions plus que douteuses sur le genre humain. Par exemple, ce texte dont il n’est pas l’auteur mais qu’il reproduit pourtant sur son site en 2009 : « J’ai parfois l’impression que la moitié de la foule est habillée en jogging lacoste et casquette et que l’autre moitié se fait accoster par des marginaux ou des clochards… Suis-je le seul à avoir cette impression ? » ou ailleurs, à propos de supposés groupes de « marginaux » : « N’y a t-il rien que l’on puisse faire pour dégager ces épaves qui élisent domicile en pleine rue et emmerdent les gens ? » [1]. On sait aussi que l’individu a pour principal divertissement l’arrachage d’affiches (Verts, PCF, NPA, etc.) de jour comme de nuit dans cette circonscription qu’il tente désespérément de gagner. Le même qui pourtant ne se prive pas de brandir le droit à la liberté d’expression lorsqu’on lui arrache ses pauvres affichettes.

Sans parler de sa politesse légendaire.

Tout ça, nous le savions donc. Mais nous ne résisterons pas ici à l’envie d’en rajouter une couche. En vérifiant sur son site internet, nous apprenons avec stupéfaction qu’il est « Titulaire d’un master d’histoire de l’université de Lille 3 ». Entouré d’un magnifique blabla tout droit sorti d’un Curriculum Vitae bidon : « j’ai pu au cours de mes études défendre les intérêts des étudiants contre les blocages et pour la liberté d’étudier et je me suis ainsi découvert une véritable passion pour l’engagement local et la défense de mes concitoyens. »

Ah bon ?

Notre cher ennemi de classe, ne serait-il pas en train de nous mentir un petit peu ? Une vaste enquête commence et la surprise fut grande lorsque nos premières sources syndicales nous indiquèrent que la dernière trace laissée à Lille 3 par notre homme semble s’arrêter en seconde année de Licence en 2009. Ah bon ? HMM n’aurait-il pas son Master ? Si tel était le cas, ce serait bien dommage, lui qui dit adorer « le sens du travail du mérite et de l’effort, et [que] ce sont ces valeurs qui [l]’ont encouragé à [s’]investir au sein de l’UMP. »

Retour ligne automatique
Capture d’écran de son site de campagne.

Et pourtant, aucune trace de lui dans toutes les facultés d’Histoire de la métropole (Lille III et la catho), passé 2009. Qu’à cela ne tienne, quitte à mentir autant le faire jusqu’au bout ! Le mercredi 6 juin, lors d’une conférence de presse qu’il convoque lui-même au café Morelle, il affirme être carrément « professeur (!) d’Histoire Géo pour des élèves en difficulté ». Lorsqu’une journaliste insiste, il persiste et signe : « Je suis prof d’hist géo mais je donne des cours de soutien scolaire en matière littéraire à des jeunes préparant le bac ». Comme un arracheur de dents.

Cela nous rappelle un magnifique slogan de l’UMP : « Avant de penser à la retraite, lycéen : passe ton Bac ». Transposé à Hervé Marie Morelle, cela donnerait quelque chose du genre : « Avant de penser à votre Master, Monsieur Morelle, passez votre licence, ce sera mieux ! ». Cette liberté d’étudier qu’il prétend défendre corps et âme : avait-il seulement envie d’en profiter ou s’en est-il servi pour démarrer une carrière politique ? Lui qui prétend ne pas être un « professionnel de la politique », à quoi se destine-t-il depuis toutes ces années ?

D’ailleurs nous ne sommes plus à un mensonge près. HMM prétend vivre à Lille depuis plus de dix ans. Bizarrement à cette époque il semblait pourtant être interne au Lycée privé La sagesse à Cambrai et vivre à Aniche* (d’ailleurs retournes-y, dans t’*). Comme il est écrit sur Copainsdavant : « je suis actuellement en terminale STT - ACC et je m’envai ouf ; étant interne dans ce lycée depuis 4 ans je suis vraiment heureux de partir ».

Déjà il semblait mauvais élève car son Bac Sciences et Technologies Tertiaires - Action et Communication Commerciale aurait dû lui apprendre d’une part, à mieux gérer son image, et d’autre part, qu’internet garde pas mal d’informations.

Ce bref retour biographique n’a finalement qu’un intérêt pragmatique. Mesurer l’écart abyssal entre des discours de morgue rebattus sur le travail et le mérite, et le parcours de ceux et celles (HMM n’est sans doute pas une exception) qui les prononcent. Des figures généralement cooptées qui n’ont pour seul « mérite » que d’être bien nées. Que ces gens cessent de nous assaisonner de leur âcre morale, leurs salades ont décidément trop le goût de limace.

Et une dernière petite pique à nos non-confrères de la Voix du Nord : vérifiez les informations qu’on vous donne. Après tout, êtes-vous journalistes ou dactylographes ?

Rouge-Georges

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...