Edito N°09 - ville propre ville morte

numero09Sous l’égide du PS droitisé par le MoDem, la mairie lilloise accélère la mutation urbaine, « culturelle », « solidaire » et « propre ». La recette ? Prenez d’abord des événements « culturels » qui créent une marque de fabrique (Lille2004, Lille3000). Saupoudrez d’une cuillère (municipale) de «  solidarité », de « mixité sociale » et d’une pincée d’écologisme qui redonnent « à chaque habitant la fierté de lui-même et de son quartier  » pour une action qui «  porte ses fruits » (1)... empoisonnés. Laissez agir bien tranquillement les promotteurs immobiliers. Et vous obtiendrez un beau recyclage des quartiers populaires, grâce aux Maisons Folies, au Tripostal, au Boulevard des modes (à Lille Sud), qui attireront les investisseurs et séduiront certaines catégories sociales.

Cacher l’intolérable ?

Par l’action conjointe des pouvoirs publics et de ses partenaires privés, la ville devient plus « clean ». On pose des pavés tout neufs devant les magasins Lafayette, on démolit les barres d’immeubles qui font tâche à Moulins, on chasse les sans-papiers et on embarque les vélos « pas esthétiques » dans le Vieux-Lille (voir p.6). Si rien n’est laissé au hasard, le cynisme est toujours là : l’ancien commissariat va devenir une « maison de l’emploi » (2)... Autopsie d’un territoire nettoyé, de réhabilitation en expulsion, pour mieux aseptiser les lieux de vie. Le but ? Montrer que jusqu’ici tout va bien, ou cacher ce qui ne saurait être vu. Les plus précaires ne peuvent partir en vacances ? On les envoie se ressourcer à Lille- Plage ou Lille-Ranch ! Les Roms se ré-installent à Moulins ? Expulsion... cent mètres plus loin. Mauroy mis en examen ? La presse quotidienne régionale n’exerce aucun droit d’inventaire (ci-contre). Quand on ne cache pas, on peut taire les choses. Si c’est impossible, on efface, on nettoie, on désinfecte.

Guerre des murs

La Brique questionne ces « poseurs de bombes » qui font parler les murs à coups de tags ou graffiti. Depuis trois ans, la mairie a signé un gros contrat pour la libération des murs occupés. L’entreprise Stop-Graff badigeonne les murs de produits garantis sans OGM. De quoi rendre plus acceptable, plus propre, plus « comme il faut » la ville, ses quartiers et ses rues malgré la résistance des « tagueurs ». Lors de la campagne municipale, Aubry remet une couche sur la propreté et l’entreprise du groupe Nicollin sort le kärcher : ses camions arpentent à longueur de journée les rues lilloises. Ou comment être efficace en privatisant un service municipal ? À regarder les trombes d’eau utilisées, le développement durable si cher à la municipalité n’a jamais été un aussi bel oxymore !

Qu’est-ce qu’on attend ?

Pendant ce temps, la crise financière et sociale s’aggrave. Pour faire diversion, le gouvernement tire à vue sur ses ennemi.es en s’armant d’un arsenal répressif et sécuritaire qui aurait provoqué les foudres sociales il y a plus de vingt ans. Les plus réactionnaires crient haut et fort leur bonheur : prisons et centres de rétention qui débordent, les chômeurs et chômeuses fliqués, fichage de tous les côtés (de « Base Élève » au fichier « Edwige »). Les temps sont durs, pourtant, on a l’impression que la France s’emmerde...

1 : Interview de Martine Aubry , La Voix du Nord, 6 juillet 2008

2 : Elle rassemblera ANPE, Assedics, AFPA, Etat...

Le collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...