Eco-cache sexe

« Aujourd’hui, on a les hypothèses écologistes à se mettre sous la dent » (1). Tu l’as dit, bouffi ! Dans la bouche de Jean Badaroux, aménageur en chef de la Zone de l’Union, on se dit qu’on a à portée de métro un condensé d’enfumage vert et participatif. Pratique, la rhétorique du développement durable assure aux industriels et aux patrons d’étendre leur béton durablement.

 

Tout bon « manager de projet » trouve sa stabilité sur un trépied magique qui allie respect de l’environnement, responsabilité sociale et dynamisme économique. Fortes des succès des quartiers Vauban de Freiburg ou Kronsberg à Hanovre en Allemagne, toutes les grandes métropoles veulent désormais leur éco-quartier. Ça fait chic !

Béton bio

Alors que l’appel à concurrence est lancé depuis plusieurs mois et que des études sont en cours depuis 2004, en juin 2006, LMCU décide de faire de l’Union son éco-quartier. Désormais, les habitants seront sensibilisés aux gestes verts. Retour ligne automatique
Une charte applique les objectifs de l’Agenda 21 local, feuille de route du développement durable, et précise les termes techniques et managériaux des nouvelles constructions. Elle prévoit «  des bâtiments et des déplacements économes en énergies fossiles », «  la récupération des eaux pluviales », « des matériaux d’origine locale » et « faiblement polluants », l’installation de panneaux solaires...

Auparavant il aura fallu réparer les conneries industrielles du passé en dépolluant les sols. C’est un peu la moindre des choses. Des ruines naîtra une nature domestiquée dans des espaces verts engrillagés, libres de s’exprimer dans des corridors écologiques encadrés de béton ou dans des trames vertes savamment composées d’essences végétales indigènes. Et d’entre les forêts et les hordes d’animaux sauvages pousseront des multinationales à haute valeur technologique.

Horizon building

Auto-proclamé association d’habitants, le «  Collectif de l’Union » soutient le projet et finit d’enterrer « les hypothèses écologistes » de cette reconversion. Noyauté par les Verts roubaisiens le collectif est partie intégrante du projet, ses membres travaillant principalement au lobbying vert auprès des institutions. L’enjeu est là. Grâce aux verbiages sur la prise de conscience environnementale, les «  habitants » sont mûrs pour subir les futures industries de la Culture, du Tertiaire et des Hautes Technologies.

1 : Lors d’une réunion de présentation du projet le 24 septembre à la Maison de l’architecture et de la ville (MAV), à Euralille.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...