Droit à la ville

Les pérégrinations d’un paumé dans le Vieux-Lille

J’avais pour idée un reportage à Porto Rico que La Brique, ça va de soi, m’aurait financé. Mais après avoir essuyé un refus doublé d’un juron de la part du trésorier, j’ai opté pour la facilité : une déambulation sauvage pendant un mois, avec quelques euros en poche, dans le Vieux-Lille. Le pied.

Papier publié dans le numéro 26 (mars-avril 2011)

Lire la suite...

Lille Sud un quartier plombé de longue date

plomb lille sudDepuis plus d’un siècle une partie de Lille Sud est contaminée par une pollution industrielle au plomb. Fait de l’entreprise TUDOR Inc., devenue CEAC, puis Exide Technologies, qui fabrique toutes sortes de batteries. C’est en rejetant des poussières chargées de plomb par ses cheminées que l’usine contamine l’air et les sols, et ce dès 1901. À l’époque l’exploitation du plomb est alors plus rude qu’aujourd’hui : aucune réglementation n’existe pour protéger les travailleurs, les riverain-es, encore moins l’environnement. Cette exploitation sauvage a infesté les sols du quartier.

Lire la suite...

Canal Seine-Nord : où veulent-ils aller si doucement ?

Il n’y a plus un mètre carré de notre région qui ne soit artificiel, domestiqué, industrialisé... La Picardie est une succession d’aplats géométriques marron, verts ou jaunes, selon les saisons et le flair commercial des agriculteurs. à cette industrie alimentaire, le Nord-Pas de Calais répond par un continuum urbain au service des marchandises produites et consommées en série. Des kilomètres d’autoroutes - dont la plus empruntée d’Europe - un aéroport, deux ports industriels, une ligne TGV et un tunnel sous la Manche n’y suffiraient plus à rapprocher les producteurs des consommateurs. Une saignée pharaonique s’annonce à grands coups de peinture verte. En 2015, un canal de fret à « grand gabarit » reliera en péniche Paris à l’Europe du Nord. Enfin ! disent les capitaines d’industrie.

Lire la suite...

Anagram, vingt ans d’habitat partagé

anagramQuelques résidant-es d’un habitat groupé, situé dans le quartier de la Cousinerie à Villeneuve d’Ascq, nous ont accueillis pour parler de leur lieu de vie, 25 ans après les premières réunions du groupe.

Catherine prépare le café et Philippe allume la cheminée dans la maison commune. Espace symbolique, cette maison a été la première à sortir de terre : « On y tenait  ! » Réservée en priorité à l’usage familial ou à la vie de groupe, elle peut aussi servir à des associations ou des activités culturelles, sur proposition d’un habitant.

Lire la suite...

On achète un immeuble ensemble ?

L’idée est de raisonner sans tenir compte des aides ou de l’argent mis de côté (genre chaussette type prêt à taux zéro, subvention, etc...) parce que ça ne pourra qu’améliorer les choses. Combien chacun peut payer son logement/mois ?Un Rmiste ou un allocataire du minimum vieillesse a droit à une Allocation Logement de la CAF de 259 € /mois.

Lire la suite...

Arnaque-énergie

Les techniques de vente au porte-à-porte ne connaissent pas de limites. Que celui qui n’a pas son encyclopédie Universalis dans son carton d’emballage nous jette la première canette. Avec la « déréglementation » du gaz et de l’électricité, les opérateurs privés comme Powéo ou Direct Énergie écument les rues de la région pour piquer des client-es à EDF.

Lire la suite...

Noël partout, amour nulle part !

Les rues continuent de s’animer, la grande foire annuelle des sentiments bat son plein. Beaucoup de gens fourmillent, au-dehors... même s’il pleut. C’est déjà la nuit, et en plus des lumières de la ville, les guirlandes d’ampoules font des dessins et souhaitent de joyeuses fêtes. Les boutiques aussi s’y sont mises. Aucune vitrine ne se contente plus d’un simple père Noël. Il faut surprendre, innover. Attirer l’œil au milieu de toute cette agitation, de toutes ces loupiotes, de toutes ces saloperies.

Lire la suite...

L’habitude tue

« On va dépenser un million et demi à payer des heures [supplémentaires], je préférerais mettre un million et demi dans le profit ». Imaginez, votre patron vous parle. En une phrase, il vous renvoie à l’état servile. Une phrase qui ne suscite aucune réaction. Car le pire avec la servitude, c’est qu’on s’y habitue.

Lire la suite...

Zone de L’Union : Lexique

*SAEM « Euralille », SEM «  Ville renouvelée »
Les « aménageurs » ou « maîtres d’ouvrage » comme ils disent. En fait, des « sociétés privées » utilisées « au développement économique et au renouvellement urbain des territoires de la métropole lilloise. » (cf. leur site internet) Elles sont détenues en partie par les collectivités locales (LMCU possède plus de 30% dans le capital de la SEM «  Ville renouvelée » présidée par M-F Delannoy, maire de Tourcoing. Aubry, elle, est présidente de la SEM « Euralille ») et en partie par le patronat local (Chambre de Commerce et d’Industrie, Caisse des Dépôts et Consignations, etc.).

Lire la suite...

Zone de l’Union : la racaille gère la ville

Qui gère la ville ? Qui décide de bétonner la « Zone de l’Union » ? « La gouvernance ! » répondent en chœur élus et patrons. Gros mot ultime, qui, comme ses frangins de la novlangue néo-libérale, est impossible à définir précisément. Et c’est justement pour ça qu’il plaît tant. Derrière la fumée opaque des sigles et des rouages technocratiques, c’est une « gouvernance » tantôt « métropolitaine », voire « participative », mais toujours vouée aux intérêts du fric et de ceux qui le possèdent.

Lire la suite...

Zone de l’Union : le recyclage commence

Vendredi 20 mars 2009. «  Pôle image » de Tourcoing, Zone de l’Union. Assis sur de grands canapés blancs et entourés d’écrans géants, Martine Aubry et Yves Claude, directeur général du groupe Oxylane (Décathlon – Mulliez), annoncent l’implantation du siège « mondial » de la marque Kipsta dans l’usine phare de la friche industrielle  : l’ancienne brasserie Terken. L’événement est fort en symbole. La bourgeoisie nordiste (cachée dans le clan Mulliez (1)) reprend place sur les territoires et bâtiments jadis construits par leurs pères et grands-pères.

Lire la suite...

La rue Courmont

rue courmont

La rue Courmont à Lille doit son nom à un industriel du XIXe siècle. Propriétaire d’une usine de coton, ce capitaliste a acheté les taudis d’une rue de Moulins pour y parquer ses ouvriers, immigrés flamands pour la plupart. A l’époque, cette rue mesurait quatre mètres de large et contenait en tout et pour tout trois latrines communes et insalubres. Les bouges comportaient une pièce unique de 4 m² pour une hauteur de deux mètres, avec un grenier en supplément. A peine de quoi y loger improprement deux personnes…

Lire la suite...

Zone de l’Union : L’Union du capital

La Zone de l’Union est l’une des plus grandes friches industrielle de France. Elle couvre 80 hectares sur trois communes : Roubaix, Tourcoing et Wattrelos. Dès les années 70, elle aiguise les appétits de la Chambre de Commerce et de la Communauté Urbaine. Mais le pharaonique centre tertiaire attendra quarante ans avant de sortir de terre.

Lire la suite...

Zone de L’Union : Défendre nos maisons

Depuis plusieurs années, l’association « Rase pas mon quartier » s’est montée dans la rue Stephenson, à Tourcoing. La mobilisation des habitant-es a réussie à empêcher la démolitionde la rue. Aujourd’hui, sur trente-deux maisons, seules neuf sont encore habitées. Quand on sonne à la première porte, on tombe sur Lino Sferrazza, membre de l’association.

Lire la suite...

Zone de L’Union : Témoignages

Roland et Mireille tiennent le bar « Au chti péqueux », le long du canal de Roubaix. Ils ont repris le fonds de commerce depuis 3 ans et demi. « Il n’y a jamais eu de réunion autour du projet. C’est en permanence du « on dit... ». C’est totalement aléatoire. Les projets, tous les ans ils changent. Nous on ne sait pas, entre la mairie, la SEM, *etc. De toute façon, c’est de la politique ça. Ce qui est sûr, c’est que nous on pourrait pas acheter 100 m2 là-bas. Dans la rue de l’Union, il y a des maisons murées depuis 10 ans. Ils virent les gens, les mettent dans des cages à poules et laissent pourrir les maisons. Pourquoi ? »

Lire la suite...

La ville recyclée

ville recycleeA l’occasion de la venue de Jean-Pierre Garnier et Bendy Glu pour une discussion autour de la Zone de l’Union et de quelques autres territoires soumis à l’économie, Chez Rita, à Roubaix, nous republions un texte du premier sorti dans notre dossier de novembre 2009 consacré à la lente mort de ce quartier ouvrier.

Lire la suite...

Sur le même sujet