Sevelnord, licenciements tranquilles

sevelnord

Le groupe PSA se partage avec Fiat l’usine nordiste de véhicules utilitaires. Mi-novembre, il annonce 4000 suppressions de postes en France en 2012. Le tout sans « plan social » ni grèves ni effusions de sang. « C’est un plan machiavélique » nous dit Franck, salarié à Sevelnord. Méthode.

 

Il y a encore quatre ans, dans l’usine de Lieu-Saint-Amand, il y avait 4200 personnes. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 2450, et la direction a prévu d’en foutre à la porte 600 d’ici l’année prochaine. Devant l’Assemblée nationale, le ministre de l’industrie Éric Besson a rassuré la piétaille d’encravatés en affirmant qu’il n’y aurait « pas de plan social, aucun licenciement, ni aucun plan de départ volontaire ». Comprenez : « Je ne veux pas de bordel social », analyse Franck du syndicat CNT de Sevelnord. Alors comment vont-ils s’y prendre ? Petit à petit, en faisant du cas par cas.

Pas vu, pas pris

Depuis trois ans, la direction enchaîne les « départs volontaires » pour baisser les effectifs. Aujourd’hui, elle appelle chaque personne individuellement pour leur dire que leur poste va être supprimé. Si au bout de trois, quatre ou six mois, les gens n’ont pas démissionné contre trois mois de salaire, c’est la dégradation : on les renvoie à la chaîne. Après quinze ou vingt ans de boîte à cracher du profit, voilà comment la direction considère ses ouvriers : elle multiplie les licenciements disciplinaires ou pour inaptitude au travail ; au mieux, les salariés sont mutés de manière forcée à 200 ou 300 bornes de chez eux. Et que font les salariés ? « Ils gambergent ». Ils se regardent en chiens de faïence en se demandant qui sera le prochain. Et la chefferie multiplie les mises à pied pour des prétextes bidons comme le fait d’être mal garé sur le parking de l’usine. L’ambiance se dégrade. La mobilisation des salariés est inexistante.

Procuration médiatique

Si le 19 novembre la première manifestation pour sauver l’emploi et dire « Stop à l’austérité » a rassemblé 1 500 personnes à Valenciennes – élus locaux en tête –, pour Franck, « tout ça, c’est de la mascarade, une mise en scène médiatique ». Car à l’intérieur de l’usine, niet, nada. Pas un jour de grève n’a été annoncé, pas même une intersyndicale ne s’est organisée : « Ils dégraissent sans que ça leur coûte un centime et avec l’assentiment des syndicats collabos » nous dit-il, désabusé. En effet, FO ou la CFDT ne veulent pas brusquer la direction et disent attendre de nouveaux investissements. « On trompe les gens, tout est verrouillé. Moi je veux mettre les gens devant leurs responsabilités. On ne peut pas chialer à l’extérieur et ne rien faire à l’intérieur ». En attendant, c’est les patrons de Peugeot qui doivent se taper sur les cuisses. Que ce soit au Brésil, en Russie, en Inde ou en Chine, qui va les empêcher de délocaliser sinon les salariés eux-mêmes ?

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...