Ainsi squattent-ils

squatEn marge du système, des personnes s’organisent pour habiter sans payer de loyer. Squats de SDF, squats de punks, squats de migrant-es, squats d’habitation, squats ouverts. Le squat est une pratique à plusieurs visages, entre nécessité sociale et choix politique. Discussion avec quatre squatteurs lillois qui ont décidé de partager cette condition.

 

Le squat, ça peut germer dès l’enfance de manière assez inattendue : « C’est sans doute parti du goût d’une organisation collective des Éclaireurs de France où on m’a appris à vivre en autonomie », explique Michelin. Même si pour lui comme pour Baptiste, Camille et Gabi, les premiers rapprochements avec le squat se sont faits vers vingt ans avec des amitiés et des luttes. Libres paroles [1] pour les uns, CPE, mouvement contre la réforme des retraites ou manifs lycéennes pour les autres. Autant d’occasions de découvertes et d’ouverture, de construire « une base d’organisation pour la lutte », un « lieu d’activités » ou encore un espace de liberté « pour faire notre musique ». Si « squatter s’est imposé comme une évidence », c’est particulièrement grâce à des liens affinitaires forts. Michelin parle de sa clique avec laquelle il a ouvert ses premières maisons : « On avait grandi ensemble, on passait notre temps ensemble, quand le squat nous est apparu, on s’est dit qu’on pouvait aussi vivre ensemble ». Et puis « il y a un nombre hallucinant de maisons vides ». Alors pourquoi se priver ?

Squatter « c’est un choix de vie » pour Baptiste. Mais ouvrir une maison, ce n’est pas spontanément à la portée de chacun-e, « des gens plus expérimentés te conseillent pour bricoler, brancher l’eau, l’électricité. On ne connaissait rien, il faut de la transmission. » Au-delà de ces aspects pratiques, « transgresser la propriété privée » n’est pas non plus une évidence. « Le premier blocage, c’est la barrière mentale ». Il y a un rapport frontal à assumer face à la loi et la police, « ça rebute, ça prend de l’énergie, c’est flippant. » Michelin ajoute : « Les premières semaines, il y a toujours du stress. Parfois, même si on se sent légitime à être là, il reste de la peur. » Ouvrir une maison débute par un repérage. On trouve beaucoup de maisons vides dans le sillage de la gentrification des quartiers. Il est nécessaire de prendre des précautions de base : « S’assurer que la maison soit bien vide, faire gaffe aux maisons meublées », car ces dernières peuvent transformer une simple effraction en tentative de vol. Une fois à l’intérieur, il est nécessaire d’attendre « 48h de délai et de prouver qu’on habite là [2], comme ça il faut une décision du juge pour expulser » [3].

Le squat c’est donc presque avant tout une histoire de bande, de famille, un élan collectif émaillé de solidarité pour fuir « les résidences étudiantes et les chambres de bonnes », pour habiter avec des ami-es « dans une grande maison avec un jardin », « échapper à des conditions d’existence que la société impose », « pouvoir offrir l’hospitalité à d’autres personnes », « se brasser avec des gens d’horizons différents », « apprendre à bricoler », « apprendre à vivre avec le moins de thunes possible ». Remplir une bâtisse à l’abandon de possibles. Et mille choses encore qui construisent des résistances, portent la réappropriation d’espaces de liberté et d’une autonomie dont on nous prive.

Notes

[1Sessions de slam en extérieur qui avait lieu sur Lille il y a quelques années.

[2Une simple lettre à l’adresse voulue suffit.

[3Il n’y a pas de trêve hivernale pour les squatteurs.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...