Lexique

Capécure
Quartier à cheval sur les communes de Boulogne-sur-mer et Outreau. Jadis habité, il est désormais entièrement dévolu à l’industrie de transformation du poisson. On y trouve des usines de filetage, des conserveries, des usines de conditionnement multiples. Les produits vont du filet de poisson à la pâté pour chien en passant par les croustibats. Lié à cette industrie, un centre logistique immense avec une des plus grandes gare de marée européenne (112 quais d’embarquement). Ouverte 24h/24, elle permet une liaison quotidienne avec toute l’Europe.

APO ou Comilog
Les Aciéries de Paris et d’Outreau ont longtemps occupé une grande partie de la zone Capécure. Le site de la Comilog fabriquait du ferromanganèse utilisé dans divers domaines. Le site de Boulogne était l’un des sites de production les plus importants du monde (avec la pollution qui va avec). Les hauts fourneaux ont fermé en 2003 et ont été dynamités en 2006 laissant la place à une immense friche peu à peu réaménagée.

La criée
Lieu de négoce du poisson débarqué sur les quais. Tout y est informatisé et connecté directement au marché. C’est le terrain de jeu des mareyeurs.

Ifremer
Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer. Son rôle est de surveiller l’évolution de la ressource halieutique et d’émettre des avis sur sa gestion.

Fileyeurs / trémailleurs
Les petits pêcheurs qui pratiquent la pêche au filet maillant (voir le schéma ci-dessous). On compte une soixantaine de bateaux. La plupart sont stationnés sur le quai Gambetta.

Chalut
Voir le schéma ci-dessous.

Mareyeur
Négociant de poisson. On les retrouve à la criée pour acheter le poisson débarqué qui part ensuite soit dans les usines de transformation soit directement chez les restaurateurs.

Senneur
Bateau qui pratique une pêche au large avec la méthode de la senne danoise (voir le schéma ci-dessous). D’autres bateaux industriels peuvent pratiquer la technique du chalut-boeuf qui racle les fonds ou la pêche électrique. Tout est fait pour conserver les hauts rendements.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...