Rectorat et MEDEF unis pour le meilleur et pour le pire !

L’académie de Lille et le MEDEF Nord/Pas-de-Calais ont reconduit leur partenariat le 20 mars à la Cité des Echanges à Marcq-en-Baroeul. Bernard Dubreuil, recteur de l’académie, et Jean-Pierre Guillon, président du MEDEF Nord Pas-de-Calais, ont signé une convention de partenariat en matière de relations école-entreprise pour la période 2007–2009. A quand un partenariat de l’éducation nationale avec les syndicats professionnels pour apprendre aux futurs salarié-e-s à se défendre face au patronat ?

Dans l’édition de Nord Eclair du 28 mars 2007, un article de D.Tonnerre nous apprend que le «  collège [Sévigné de Roubaix] ouvre ses portes aux entreprises  » relatant l’accueil, le 27 mars, de l’entreprise Rabot Dutilleul (BTP) pour aider les élèves à «  se projeter dans la vie professionnelle  » en évoquant «  la formation en apprentissage et en alternance, et de débouchés pour les filles.  »

Dans les jours qui suivent, le syndicat SUD Education dénonce les propos du journal et remet les choses à leur place. Comme La Brique enquêtait sur Roubaix, nous en avons profité pour rencontrer S. Effray et R. Lapierre, deux enseignants du collège Sévigné, par ailleurs syndicalistes Sud Education.

Pouvez-vous expliquer brièvement ce qu’est un établissement Ambition Réussite ?

L’Ambition Réussite (AR) ce sont les bahuts de REP-ZEP qui ont eu de la chance, suite à la révolte des quartiers populaires de novembre 2005. Il y a eu un effet d’annonce prétendant répondre à la révolte des jeunes en assurant une meilleure redistribution des moyens (humains et financiers). La réalité, c’est une destruction du service public particulièrement dans les quartiers populaires. Le changement d’étiquette permet de déclasser à court ou moyen terme un grand nombre d’établissements REP et de faire des économies. Quant aux bahuts AR, ils ne sont pas pour autant épargnés par les drastiques suppressions de postes (4,5 postes en moins pour le collège Sévigné cette année).

Pourquoi avez-vous réagi à l’article de Nord Eclair ?

L’article prétendait que l’accueil d’une entreprise était le fait de l’ensemble de l’équipe éducative alors que ce n’était la décision que d’un seul prof soutenu par la direction. Pour nous, toute intrusion de l’entreprise dans l’école est inacceptable. De plus, une des mesures phares de l’Ambition Réussite était de créer une nouvelle sorte de profs (accompagné-es de nouveaux précaires aux ordres : les Assistant-e-s Pédagogiques) multipliant les projets para-scolaires bien souvent fumeux voire débiles. C’est dans ce cadre flou qu’un de nos super prof AR s’est permis d’inviter des patrons au collège.

C’est la première fois que la presse dénature ce qui se passe dans vos collèges ?

De plus en plus souvent l’administration des bahuts organise des opérations de pub dans la presse locale dans une logique de mise en concurrence digne des bahuts privés. La journaliste n’a pas fait la différence entre l’arrivée d’une entreprise et les résultats d’un cross. C’est différent de ce qui c’était passé en 2005 où nous avions fait la une d’une presse charognarde avide d’incidents (jets de bouteilles à l’acide) dans les quartiers populaires en se faisant le relais du discours sécuritaire. A l’époque, deux élèves ont été interpellés et menotés en pleine classe.Retour ligne automatique
Retour ligne automatique
Depuis combien de temps le MEDEF intervient-il dans les collèges ?

Des accords ont été signés en 2004 sous Fillon entre l’Éducation nationale et une organisation patronale : le MEDEF, ce qui donne lieu à la semaine «  École et entreprise  ». L’entreprise est donc présentée comme une réponse aux maux de la société.

Pour quelles raisons dénoncez-vous l’intervention de ces dernières dans l’école publique ?

Alors que les moyens qui pourraient permettre de lutter contre l’échec scolaire sont en constante régression, on nous fait l’apologie de l’entreprise qui résoudrait tout. Cela a conduit à multiplier les contrats d’apprentissage dès 14 ans ! On nous pousse donc clairement à fournir une main-d’oeuvre corvéable à merci pour les entreprises locales (en écartant au passage les élèves les plus «  turbulents  »). Que peut signifier le fait de sortir de L’École des enfants sans le bagage scolaire minimal pour les mettre dans les mains des patronsNEs ? Enfin l’entreprise trouve là un moyen de se faire de la pub pour pas cher. La Redoute (groupe Pinault) sponsorise déjà le collège Anne Franck de Roubaix.

C.G

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...