"Parcours de l’avortante"

On distingue l’avortement par aspiration, pouvant être réalisé dans les 12 premières semaines de grossesse (14 semaines après les dernières règles), et l’avortement médicamenteux, réalisé avant 5 semaines de grossesse (7 semaines après les dernières règles). L’avortement par aspiration se pratique obligatoirement à l’hôpital.

Il faut avoir une première consultation médicale à l’hôpital et réaliser une échographie de datation, puis attendre un délai de réflexion de 7 jours, pouvant être réduit à 48h, avant l’opération. L’entretien psychologique est systématiquement proposé (comme à Jeanne de Flandres), mais certains hôpitaux ne possèdent pas de psychologues. L’opération se déroule le plus souvent avec anesthésie locale, parfois avec une anesthésie générale. On entre le matin, et on ressort de l’hôpital en fin d’après-midi la plupart des cas.
Pour une IVG médicamenteuse à l’hôpital, il faut suivre le même parcours. Une première prise de médicament (RU 486) arrête la grossesse ; 48h après, un autre médicament entraîne l’expulsion du foetus. Il provoque des saignements importants qui peuvent durer une semaine. Il faut faire une visite médicale dix jours après pour vérifier que le foetus a bien été expulsé (taux d’échec de 2 %). Depuis 2004, face à la situation désastreuse de l’IVG dans certains hôpitaux parisiens, il est possible de faire une IVG médicamenteuse en ville, avec des médecins conventionnés par des hôpitaux réalisant des IVG. Dans ce cas, cinq visites chez le médecin sont préconisées ; la seconde prise de médicament et l’expulsion du foetus se font chez soi. Sur la métropole lilloise, à notre connaissance, seuls 4 médecins sont conventionnés pour les IVG médicamenteuses en ville.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...