Le travail social en rébellion

Un décret obligeant à payer les éducateurs et éducatrices spécialisées en stage de formation, c’est plutôt une bonne nouvelle. Sauf que : beaucoup de structures n’ont pas les budgets nécessaires pour assumer, les obligeant de ce fait à renvoyer les stagiaires au panier.

Le décret promulgué le 31 janvier 2008 exempte les structures publiques de cette obligation de rémunération. L’Etat, champion toute catégorie en terme de statuts précaires, ne tient pas à changer ses habitudes. Et comme souvent avec ces petits joujoux réglementaires, personne n’a eu son mot à dire. Pour l’instant les éducs et les instituts de formation sont ensembles pour gueuler contre la réforme. On appelle ça un mouvement social, le genre d’évènements traités en dix lignes dans les journaux.

Nique le social

La rémunération prévue est de 398 € mensuels pour une durée de stage minimale de trois mois. C’est peu pour les stagiaires mais beaucoup pour celles et ceux qui les accueillent. Ce sont donc les petites structures qui morflent, du genre les plannings familiaux (tiens donc). Tout comme les petites associations de moins en moins bien subventionnées et pourtant les plus dynamiques. On pourrait soupçonner le gouvernement d’appliquer une sélection « naturelle » qui verrait les structures les plus dociles et les plus puissantes se partager la manne que représente les stagiaires sous-payés  : les grosses structures nourries au mécénat privé et beaucoup mieux armées pour faire la chasse aux subventions par exemple.

Nique le gouvernement

La situation est à l’urgence  : beaucoup d’éducs actuellement en stage se retrouvent sur le carreau du jour au lendemain ou risquent de l’être d’ici peu. D’autres se voient refuser leur stage pourtant prévu de longue date. Les structures qui les accueillent n’ont pour l’instant d’autre choix que de se démerder. Elles n’ont pas encore vraiment rejoint la contestation, attendant de voir la suite.Retour ligne automatique
Que réclament les révolté-es  ? D’abord imposer cette rémunération au secteur public  ; ou encore prévoir un fond spécial géré par les instituts de formation. De ce fait, tous les stagiaires pourraient bénéficier de cet argent sans que le choix de leur lieu de stage ne soit contrarié pour des questions budgétaires. Reste à financer la mesure. Qui a dit que l’impôt reposait sur un principe de solidarité  ?

Mobilisation ?

Une assemblée générale s’est tenue le 11 mars à l’IRTS1 de Loos où les élèves de treize écoles du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie étaient réunis. Une manifestation a également eu lieu le 14 mars à Lille... et mercredi 26 mars était prévue une manifestation nationale dans les toutes les villes françaises.

La miteRetour ligne automatique
____________________Retour ligne automatique
Pour suivre le mouvement  :Retour ligne automatique
http://lille.indymedia.orgContacts locaux  :Retour ligne automatique
collectif.tsfAROBASgmail.com

1  : IRTS = Institut Régional du Travail Social.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...