Zone de l’Union : L’Union du capital

La Zone de l’Union est l’une des plus grandes friches industrielle de France. Elle couvre 80 hectares sur trois communes : Roubaix, Tourcoing et Wattrelos. Dès les années 70, elle aiguise les appétits de la Chambre de Commerce et de la Communauté Urbaine. Mais le pharaonique centre tertiaire attendra quarante ans avant de sortir de terre.

 

En 1993, « l’Union » est désignée futur « pôle d’excellence » et le projet d’aménagement urbain se met en route. LMCU sort l’artillerie lourde : l’EPF* du Nord-pas-de-Calais (cf. Lexique) doit faire place nette. Les habitant-es sont éjectés au prix de très fortes pressions, les terrains sont rachetés, les maisons murées et des rues entières démolies. La SAEM « Euralille »* et la SEM « Ville renouvelée »* sont chargées d’imaginer et de planifier ce nouveau projet. Au crayon à papier et à la souris, c’est le cabinet d’architectes et d’urbanistes « Reichen et Robert & Associes »* qui, en 2004, a été désigné pour dessiner et transformer en images de synthèse cet énième « quartier du futur ». Derrière lui, ce sont de nombreux cabinets d’architectes qui viennent imaginer les différentes composantes du projet.Retour ligne automatique
Un projet flouRetour ligne automatique
Les plans du cabinet d’architectes n’englobent la totalité de la Zone. La première salve de travaux a commencée, mais il en faudra beaucoup d’autres pour réinvestir la totalité du site. Lors des réunions de présentation, les décideurs n’ont pas l’air très à l’aise. On peine à comprendre l’unité. « C’est que le projet est en perpétuelle réinvention  »1 se justifie le président de la SEM*. En attendant, il commande aux étudiants en urbanisme des «  projets de transition », sur des terrains qui n’abriteront pas de bâtiments avant au moins dix ans.Retour ligne automatique
Les industriels à l’UnionRetour ligne automatique
Le quartier s’organisera autour d’un parc urbain de 15 hectares. D’ici 2011, le Centre Européen des Textiles Innovants (CETI) devrait se créer aux abords de la Tour Mercure2. Un projet de 40 millions d’euros porté par André Beirnaert, président de l’Union des Industries Textiles du Nord et du « pôle de compétitivité » Up-Tex3. « Il s’agira d’un des plus grands centres de recherche textile européen concentré dans un même lieu. Ses travaux porteront sur le développement de nouveaux matériaux textiles qui trouveront des applications aussi bien dans le domaine spatial, l’aéronautique et l’automobile que dans la santé » explique Stephan Verin, délégué général d’Up’Tex 4. L’union est ouverte aux industriels.Retour ligne automatique
Aujourd’hui, dans l’ancienne filature Vanhoutryve, une très sobre et très inspirée Plaine Image accueille déjà les professionnels de ce que certains appellent la « culture » : Télé Melody, chaîne poubelle de variétés et de télé-achats de la TNT ; Ankama, éditeur de jeux vidéo comme Dofus, ou Reflets-Vidéo, producteur de films publicitaires.Retour ligne automatique
Pour le reste, nous n’avons accès qu’a des estimations. La SEM « Ville renouvelée  »* prévoit l’implantation d’«  hôtels d’entreprises », sur le modèle de ceux d’Euralille II 5. 3000 logements devraient se répartir sur 70 000m2. Le tout pour un coût avoisinant les 200 millions d’euros. On imagine la taille du fiasco si le projet venait à capoter. Mais même en cas de « réussite », il reste pensé à court terme. On est prêt à parier que dans cinquante ans d’autres « gouvernants » raseront et « moderniseront » de nouveau cet espace.

1 : Jean Badaroux à la Maison de l’architecture et de la ville le 24 septembre.Retour ligne automatique
2 : Construite le long du canal dans les années 70. Symbole de la volonté de réinvestissement du site par la Chambre de commerce. Mais le projet avait échoué.Retour ligne automatique
3 : Membre élu de la Chambre de Commerce et d’Industrie, il est surtout ancien directeur de l’usine La Lainière de Roubaix, siphonnée par les actionnaires en 2000. Retour ligne automatique
4 : http://www.zdnet.fr/Retour ligne automatique
5 : cf. La Brique n°5

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...