La belle affaire des « normes de pollution »

Les normes diminuent et réduisent les pollutions. Elles ne les font pas disparaître. Elles leurs permettent de perdurer. Elles maintiennent un seuil de pollution. Elles légitiment l’hypocrisie d’un système qui construit des seuils d’acceptabilité pour l’inacceptable, qui gangrène la vie pour les profits d’industries inutiles.

Depuis des décennies la préfecture multiplie les rappels à la loi au regard du « code de l’environnement » ou autres normes. Un bras de fer constant où, comme souvent, elle a un temps de retard sur ceux qu’elle traque. Un jeu bureaucratique et législatif dont les habitant-es font les frais. Les documents publics rassemblés montrent que ces « normes » ne sont pas toujours respectées par Exide [1], ou qu’elles ne prennent pas toujours en compte les mesures adéquates pour prévenir les risques [2]. Tant de rappels à la loi nous font dire que, loin de l’image « responsable » que veut se donner l’entreprise, il n’y a que la contrainte qui la fait agir [3]. Ce qui apparaît surtout comme une évidence, c’est qu’aucune norme de pollution au plomb n’est tolérable. L’entreprise peut se défendre de « respecter les règlements qui lui sont imposés ». Le problème de cette pollution, c’est justement aussi celui des lois et des normes qui lui permettent d’exister encore, de continuer à contaminer le quartier et sa population. Le syndicaliste FO que nous avons interrogé souligne : « Les normes de pollution d’Exide sont en dessous des normes européennes ». Vaine bonne foi ! Quand ce sont ces règlements qui participent à l’empoisonnement de l’humanité et au désastre écologique de la planète. Tant que ces lois existeront et que des personnes n’auront d’autres choix que de travailler dans ces fabriques de mort, Lille Sud, ou un autre coin de ville ou de campagne, ou du tiers monde baignera dans le plomb et des travailleurs s’intoxiqueront.

Notes

[1En 2009, un contrôle inopiné montre des écarts entre les mesures de l’auto-évaluation et celles de l’inspection

[2La même inspection révélera qu’il faut changer les capteurs de l’usine, qui ne détectent pas certaines particules fines.

[3À plusieurs reprises la préfecture est obligée d’exiger la mise en place d’un réel plan de gestion des sols.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...