La SNCF prend un militant en otage

I Rue Faidherbe, lors de la manifestation de soutien à Julienl y a un an, lors du mouvement contre la réforme des retraites, Julien participe au blocage des voies à la gare Lille-Flandres avec soixante-dix autres personnes. Le trafic est interrompu pendant une trentaine de minutes. Reconnu sur des photos, Julien est arrêté par la BAC le lendemain. 44 heures de garde à vue plus tard, la SNCF porte plainte.


Elle était bien cette rentrée 2010. Des milliers de gens dans les rues, des manifs sauvages, des blocages, des assemblées générales... Un vent d’agitation soufflait dans nos villes. C’est dans ce contexte de lutte sociale que la gare Lille-Flandres est bloquée le 18 octobre. Syndicalistes et autres contestataires s’installent paciiquement sur les rails. Parce qu’il était là, Julien pourrait en payer le prix. La SNCF lui réclame 45 000 euros pour « préjudice commercial ».

Acharnement

Deux autres participants ont été arrêtés le jour-même. Ils ont été condamnés à quelques heures de travaux d’intérêt général pour « entrave à la circulation des trains ». Alors pourquoi cet acharnement particulier ? « Poursuivre en justice un syndiqué, voire un syndicat, aurait certainement eu des conséquences en terme de grève des cheminots, d’autant plus que SUD Rail avait appelé à ce blocage après que la décision en ait été prise en assemblée générale de lutte ; Julien par contre, pouvait sembler être la cible idéale : il n’est ni syndiqué ni encarté et n’est pas cheminot. La SNCF et les autorités ont donc sans doute estimé qu’il ne serait guère défendu », explique le CRRIMMS [1] qui soutient Julien. Pourquoi cette disproportion ? « Les actions de blocage de zones industrielles, de carrefours, de raffineries, de trains, ont montré que, si elles se multipliaient et si elles duraient, elles peuvent peser fortement sur l’issue d’un mouvement social. Alors en punir lourdement quelques-uns, bien choisis, ça a valeur d’exemple. Il s’agit d’intimider tous les acteurs du mouvement social. »

Alors l’État...? « Tolérant ? »

Le procès de Julien se déroulait le 6 septembre. Rendez-vous était donné pour une manifestation de soutien et un repas devant le tribunal avant le procès. Des non syndiqué-es se mêlent aux syndicalistes de SUD, la CGT et la CNT. À la barre, Julien met en avant sa solidarité avec des cheminot-es en lutte, son envie de lutter contre une réforme antisociale. Le procureur requiert 1000 euros d’amende. L’avocat de Julien, fonde sa plaidoirie sur la liberté de manifester ses opinions « protégée par la Constitution » française et la convention européenne des droits de l’homme. Il souligne : « On veut tuer la possibilité des gens de se révolter, de débattre. » Et de mettre en avant la nécessité pour la justice de « défendre les libertés individuelles », celle de l’État d’être « tolérant » sous peine de vider la liberté d’expression de son contenu... Le verdict, sous surveillance policière, conclut à la nullité de toute la procédure. Le parquet et la SNCF sont débouté-es. Les membres du CRRIMMS [2] l’annoncent d’ores et déjà : « Nous saurons remettre en place des blocages, nous travaillerons à les généraliser et à les faire durer. »

Wendy Renarde

Notes

[1Collectif de Résistance à la Répression et à l’Intimidation des Militants et des Mouvements Sociaux, crée autour du procès de Julien. En ligne :
crrimms.wordpress.com.

[2SUD Éducation, SUD Collectivités Territoriales, SUD Rail, la Mutuelle des Fraudeurs, L’Assemblée Générale de Lutte, la CNT, No Border, la Ligue des Droits de l’Homme, Alternative Libertaire.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...