Un parfum de 1984

Cet été, l’Angleterre a connu une flambée de violence inédite depuis les années 1980. À l’origine de ces émeutes, l’assassinat d’un homme par la police de Tottenham. Ces événements, encore une fois déclenchés par des violences policières, rappellent novembre 2005 en France, ou décembre 2008 en Grèce. L’Angleterre est devenue, le temps de plusieurs semaines, le terrain de la mise en œuvre d’une répression orwellienne.

 

Retour ligne automatique
Londres, Birmingham, Liverpool, Bristol, Manchester, Nottingham : dans de nombreuses villes des gens incendient, cassent, pillent des magasins, attaquent la police. Ils ont volé, saccagé, brisé des vitrines, profité du chaos quand ils ne le créaient pas. Ce qui a commencé comme des émeutes en réaction à la mort d’un jeune noir tué par la police, est devenu l’opportunité du moment pour piller, casser, incendier [1]. Dans la rue, des déshérités du capitalisme : avec des motivations parfois très différentes, certain-es s’attaquant sciemment à des symboles de leur oppression, d’autres prenant gratuitement ce qu’ils ne peuvent pas ou plus se payer : des fringues, de la nourriture, ou aussi des écrans plats, pour ne pas rater la prochaine révolution assis-es dans leur canapé. Pour tout ça, pas le temps de s’indigner... Les britanniques, comme bien d’autres, subissent les conséquences d’une énième « crise économique » : pas de boulot, pas d’argent. « No Future ». Et la rigueur des politiques qui leur sont annoncées ne laisse entrevoir aucune perspective de changement. [2]

La machine infernale

Dénonciations anonymes, surveillance des réseaux sociaux, espionnage et piratage des téléphones portables, caméras de vidéo-surveillance, portraits-robots publiés sur internet ou dans des journaux, projetés sur écrans géants dans les villes, passés en boucle à la télé ; plateformes de délations sur le web, milices citoyennes infiltrées par l’extrême droite, blindés déployés pour sécuriser des quartiers... Le tout encadré par seize mille policiers et militaires, à grand renfort de journalistes aux ordres. Non, vous n’êtes pas en Syrie mais au cœur de l’Europe « démocratique ». Mi-août, une étude d’opinion soutenait même qu’un tiers des britanniques se déclarait favorable à ce que la police tire à balles réelles sur les émeutiers. Grâce au zèle des citoyen-es anglais, l’arsenal répressif mis en place par le gouvernement pour faire face à ces révoltes a été des plus inquiétants : « Après avoir reconnu sa fille de dix-huit ans, C., dans des vidéos transmises à la télévision, l’héroïque Madame A.I. n’a eu aucune hésitation à appeler la police locale. Les journaux n’ont pas pu s’empêcher de chanter les louanges de cette extraordinaire mère-courage. »

La vengeance

Ces jours d’émeutes sont l’occasion d’un retour en force des valeurs conservatrices au pouvoir. Dans son discours du 11 août face au Parlement, David Cameron annonce la couleur : « ce n’est pas un problème de pauvreté, mais de culture. Une culture de violence, de manque de respect à l’égard de l’autorité […] Une culture qui parle tout le temps de droits et jamais de devoirs ». En indiquant vouloir mettre fin à une « mentalité d’assistés », il amorce une contre-offensive réactionnaire. 2800 personnes ont été arrêtées. « 30 000 » seraient encore menacées à plus ou moins long terme. Les condamnations, autour d’un millier, sont volontairement « exemplaires » [3]. Des observateurs écrivent : « Deux jeunes ont écopé de quatre ans de prison pour un appel aux troubles lancé sur les réseaux sociaux. » ; « Pour le vol de deux bouteilles d’eau, d’une valeur de trois livres, N.R, 23 ans, a été condamné à six mois de prison [...] Pour le vol de deux vestes, E.F, 18 ans de Manchester, a été condamné à huit mois d’enfermement [...] ou encore, cette mère de deux enfants à Manchester qui écope de cinq mois pour avoir accepté un short provenant d’un pillage ». Pour enfoncer le clou, les familles des personnes interpellées se voient privées de leurs allocations et expulsées de leur logement social.

Wendy Renarde

Notes

[1Article 11, « Nous voulons qu’ils subissent ce qu’il nous ont fait subir »

[2Hausse des frais universitaires, 500 000 emplois publics supprimés d’ici 2015, salaires des fonctionnaires gelés, augmentation de l’âge de la retraite, hausses d’impôts – dont la TVA, réduction des budgets de la justice (30%), de l’environnement (40%), de la santé et de l’aide internationale (25%).

[3Le Figaro, 17/08/11

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...