Soleil vert pour Croissance bleue

Les poissons se font rares ? Les fonds marins défoncés par les chaluts ? Qu’à cela ne tienne. Scientifiques et écologistes ont les solutions que l’agro-industrie attendait pour continuer de marcher sur la tête. Plongée dans l’aquaculture et les mutations génétiques. Miam.

Au rayon frais des stratégies économiques régionales, la reconversion de la pêche boulonnaise dans l’aquaculture est en marche [1]. Après les porcs et les hommes, voici les poissons en batterie. Une fois finie la dépollution des sols, l’ancien site de production de ferromanganèse de Boulogne se convertira aux poissons d’élevage.

La pêche sans se mouiller

Le littoral est contaminé chimiquement au cuivre et au nickel ? Faisons des bassins artificiels. Les aléas climatiques rendent la pêche aléatoire ? Plus besoin de sortir en mer par gros temps. La production aquacole, c’est tout bénèf’. Elle produit indépendamment des saisons et des virus, à flux tendus, adaptée en temps réels aux cours du marché, et tournée vers les poissons à forte valeur ajoutée. Elle permet surtout d’échapper aux quotas de pêche et au coût du gasoil de plus en plus prohibitif. Qui s’en plaindra ? Les pêcheurs – appelés à disparaître.

2 500 tonnes de chair alimentaire sortent tous les ans de la ferme Aquanord de Gravelines. Pour impulser la filière boulonnaise, tout le monde se sert les coudes. Des diplômes professionnels du second degré jusqu’au troisième cycle préparent la future main d’œuvre. Entreprises, labos, État et Région collaborent dans le pôle de compétitivité Aquimer et sa plate-forme d’innovation « Nouvelles vagues » pour défricher les prochaines niches de la « croissance bleue » : « Maximiser les ressources disponibles et créer de nouvelles ressources », améliorer « la résistance génétique de poissons d’élevage », analyser les « mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués dans l’efficacité de l’utilisation de protéines et d’acides aminés en considérant les différentes voies métaboliques d’utilisation de l’apport protéique alimentaire. » [2] Tout ça pour des croustibats au ketchup. Le marché mondial n’a qu’à bien se tenir, Aquimer fabriquera des super-poissons d’élevage qui grossiront plus vite que de minables poissons sauvages. On appelle ça : « réduire le cycle de production ». Les patrons de Capécure se frottent les mains.

Frankenfish

La production intensive et la surpopulation de poissons favorisent les maladies et les épidémies. Vivant dans une mare de déchets organiques en décomposition (aliments, excréments) qui appauvrissent l’oxygène des milieux naturels, il est nécessaire d’administrer aux poissons de bonnes doses d’antibiotiques. Le tout jusqu’à ce que les bactéries deviennent résistantes à ces antibiotiques, s’échappent des piscicultures, et déciment les populations naturelles.

Vendue pour protéger les espèces en voie d’extinction, l’aquaculture nécessite de pécher cinq kilos de poisson sauvage pour fabriquer un kilo de bar ou de daurade ; et vingt kilos de poisson fourrage pour un kilo de thon. Le tout administré sous forme de farine. Mais rassurez-vous : des alternatives végétales comme le soja OGM existent. Si à la perfusion de médicaments et aux farines animales vous ajoutez un fort taux de consanguinité, vous observerez une perte de la diversité génétique, un affaiblissement des espèces, et finalement... pour augmenter leur résistance à un environnement pathogène, des firmes commercialisent déjà des poissons génétiquement modifiés.

Vous voyez, on trouve toujours une solution. D’ailleurs, les gogos de l’aménagement écologique ont les fausses solutions aux problèmes. Les Verts du Boulonnais [3] et du Conseil régional [4] proposent une « aquaculture biologique » (Rires). Désolé pour l’oxymore. Plutôt que de remettre en cause la pêche industrielle et la grande distribution, ils se proposent pour une gestion optimale et ravageuse du monde résiduel. Une fuite en avant bio qui permettra aux poissons de continuer à nager sur la tête.

Notes

[1Diagnostic territorial stratégique. Programmes européens 2014-2020, Conseil régional, 2013.

[2Poleaquimer.com.

[3La Voix du Nord, 31 octobre 2011.

[4Intervention de Paulo-Serge Lopes sur le budget « Mer » du Conseil régional pour l’année 2013, elus-npdc.eelv.fr.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...