5 mois, 5 Maisons muselées !

Deux expulsions ont eu lieu dans le quartier Vauban au mois d’octobre 2006, avec l’intervention des forces de l’ordre et des vigiles.
Puis fut l’expulsion d’une maison à Wazemmes près de la station Portes des postes, en novembre 2006, où une quarantaine d’agents des forces de l’ordre – dont une de forces spéciales – a pénétré par la fénêtre du premier étage. Ce bâtiment était occupé depuis janvier 2006. Motif de l’expulsion : des travaux devaient avoir lieu pour l’extension de l’école voisine, mais ceci n’aurait débuté qu’à l’été 2007. La maison restera vide et scélée.
Puis l’expulsion d’un logement près de la « maison folie », où vivaient des personnes sans droit ni titre.

Puis vint le tour, il y a quelques jours, d’une maison appartenant au CAP-PACT* de Lille, près du métro Wazemmes. Les forces de l’ordre étaient présentes en grand nombre. Motif de l’expulsion : rénovation du bâtiment pour faire un logement social. Il était occupé depuis environ cinq ans. A présent, la maison est muselée.

Sur ces cinq expulsions, il y aurait eu deux procédures illégales et trois légales (un jugement passe devant le tribunal et ordonne un commandement de quitter les lieux – loi Besson du 09/07/91). Certains sont des lieux d’activité, essaient d’être ouverts aux quartiers, et d’autres sont des lieux d’habitations. La police photographie les occupantes et occupants « sans droit ni titre » et enregistre leurs identités. Fichage obligé, pour faire régner la « sécurité ». A quand les prélèvements ADN obligatoires ?

La trêve hivrenale, allant du 1er novembre au 15 mars, évite aux locataires en mauvaise posture de se retrouver à la rue en période glacière, sauf lorsqu’il s’agit de bâtiments ou terrain occupés par des personnes clasées comme « sans droit ni titre ». C’est le cas notamment des « squateurs, squateuses », gens du voyage, classés dans la catégorie des « sans droit ni titre ».

La Brique s’intéressera au prochain numéro aux procédures d’expulsion (rubrique Outillage).

* Partenaire de Lille Métropole

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...