CAF : Des managers à votre service... public

Des agents de la Caisse d’Allocations Familiales de Roubaix étaient en grève ces dernières semaines. Par des arrêts de travail de 55 minutes par jour, les salarié-e-s ont fait émerger la dégradation de leurs conditions de travail et les dangers de la ré-organisation des CAF prévue pour 2011. Focus sur des travailleurs sociaux aux prises avec l’idéologie du management.

 

Les CAF sont des institutions de droit privé mais avec une mission de service public. Les salarié-e-s relèvent donc du droit privé. Tous les quatre ans, l’Etat passe un contrat d’objectif et de gestion avec la Caisse Nationale d’Allocations Familiales (CNAF) qui passe ensuite elle-même un contrat pluriannuel de gestion avec les CAF.
Le département du Nord compte aujourd’hui huit CAF. Si elles offrent toutes les mêmes prestations que dans le reste de la France, chaque caisse, en fonction des particularités de ses allocataires, a une certaine autonomie dans ses actions sociales. Elles sont ainsi libres dans les critères d’allocation des aides aux vacances, à l’équipement ménager ou à l’amélioration de l’habitat.

Une restructuration contre les intérêts des allocataires

Aujourd’hui la CNAF veut imposer la mutualisation et le regroupement des CAF. Il n’en restera qu’une seule par département, relayée par des antennes locales. Les allocataires trouveront un-e interlocuteur-trice dans leur antenne, mais les dossiers risquent d’être traités informatiquement et envoyés vers la CAF départementale. Aussi, les caisses locales perdront de leur liberté d’action sociale et les décisions s’éloigneront des agents CAF et des allocataires. Coupes dans les effectifs salariés et travail informatisé feront des guichets locaux de simples bureaux des pleurs. Derrière le paravent de la simplification administrative et de la mutualisation des moyens, la qualité des services rendus aux allocataires et celle du travail des agents de la CAF en pâtiront nécessairement.

Le souci de l’efficacité

Lors des grèves, les salarié-e-s de la CAF de Roubaix pointaient déjà des méthodes de travail issues du secteur privé et qui risquent de s’accentuer avec la future mutualisation. La logique de service s’effaçant petit à petit au profit de l’efficacité, les salarié-e-s ne sont plus en charge de dossiers complets. Encore moins de personnes. Ils traitent désormais des documents administratifs esseulés. « Depuis une dizaine d’années on traite les dossiers à la chaîne, de façon informatique, et le suivi individuel a quasiment disparu. Nos tâches sont complètement parcellisées et on a vraiment le sentiment d’être dépossédé de notre travail » déplore R2D2 (nom d’emprunt) avant d’ajouter : « Les promus ces dernières années sont des gens qui traitaient très vite leurs dossiers. On est dans la logique d’un traitement quantitatif des allocataires dans laquelle on évalue tout. Ca va du sourire des salarié-e-s au taux d’appels téléphoniques décrochés. Mais tout est bidon. On renvoie les allocataires vers des agents de niveau 2 ou on leur demande de rappeler plus tard. Les standardistes, majoritairement des intérimaires, n’ont pas de formation suffisante pour répondre ».
A noter aussi, la méthode d’embauche dans les CAF. En bon managers qui ne s’assument pas, les directeurs de CAF facturent à des boîtes privées comme Vedior Bis ou RH Partners, ignorantes des métiers de la CAF, des tests psychotechniques et des entretiens de personnalité. Pour s’assurer la moutonnerie générale ?

TJ

Salauds de pauvres !

Le 17 avril dernier l’édition de Cambrai de La Voix du Nord rédigeait une pleine page sur les fraudes à l’oeuvre dans leur CAF locale. Ce à quoi la CGT a répondu qu’en 2007, les 26 785 allocataires ont tous fait l’objet de quatre contrôles. Sur 43 cas de «  fraudes avérées », 26 relevaient d’omissions ou d’erreurs et un seul s’est fait pincer pour « usage de faux ». À quand la Voix tricardée pour « disage de conneries » et « agitage d’épouvantail anti-social »  ?

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...