Le non-débat...autour de l’habitat

Jeudi 4 décembre, 9h. La fine fleur des politicards locaux, bailleurs et autres promoteurs est réunie au siège de la communauté urbaine (LMCU) pour un « grand débat » autour de l’habitat. Une rencontre très guindée. Beaux bureaux, beaux micros, interventions retransmises sur grand écran et repas offerts.

A la tribune, promoteurs, élu-es, sociologues, s’interpellent les uns les autres dans une ambiance très décontractée, car sans aucun détracteur. Tous s’éternisent autour d’un constat bien résumé par M. Starkman, directeur de l’Agence de Développement et d’Urbanisme de Lille Métropole : « La ségrégation se renforce. Les habitants qui arrivent dans les quartiers modestes sont de plus en plus modestes », « l’attribution des HLM est en baisse [alors que] les besoins en logements sociaux ont augmenté par rapport au PLH [1] de 2005 ».

On se serait, nous aussi, mis à pleurnicher avec les élu-es si la raison ne nous avait pas rattrapé. M. Caudron est maire de Villeneuve d’Ascq, Mme Aubry, maire de Lille, M. Vandierendonck de Roubaix et tous siègent à LMCU. On croit rêver ! Ceux qui sont aux commandes depuis dix ans viennent, aujourd’hui, nous dire que ça va mal et que la situation est compliquée. La faute à qui ?

Ces constats sont d’abord les résultats des politiques menées dans ces communes, parmi lesquelles : l’organisation de la « gentrification » des quartiers anciens, la démolition des barres HLM du sud de Lille (et d’ailleurs), la concentration des populations les plus pauvres et leur éviction du centre-ville, tout en rassurant les ghettos bourgeois. Mais chut, ce n’est pas l’endroit, pas le moment...Retour ligne automatique
A la sortie du « débat », on n’attendait rien de l’assemblée décisionnelle du lendemain. Fidèles à eux-mêmes, les élu-es ont scandé un banal : « Il faut pluuus de logement ! ». Quelle mascarade...

Notes

[1Le Programme Local d’Habitat définit les grandes lignes des politiques urbaines à venir.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...