Casseurs de tous les pays, unissez-vous !

« Vous avez cassé, monsieur, vous avez cassé.

– Moi je suis fier, monsieur, d’avoir redonné de la dignité, d’avoir permis à des ouvriers de relever la tête ! » (Mots Croisés, FR. 2, 07/09/09)

Echanges vifs à la télé. Xavier Mathieu, délégué CGT de Continental Clairoix [1], face à Frédéric Lefebvre, le chevelu de l’UMP [2]. Le premier dénonce l’impunité des patrons qui jettent des milliers de personnes dans la misère, quand lui-même se prend cinq mois de prison avec sursis pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne. Le second insiste : « Vous trouvez que c’est relever la tête de casser ? » Des cassages de têtes se perdent…

«  Casser » le débat n’est pas un souci pour Lefebvre, porte-parole aguerri de l’Internationale Des Riches (IDR). Les ouvriers ont cassé, et c’est tout ce qu’il a à dire. Casser, c’est très mal. D’ailleurs ça lui paraît tellement évident qu’il ne daigne même pas le préciser. Non, il dit juste : «  Vous avez cassé. » Vous avez perdu. Point barre.

Image : Banksy

A l’origine, cet article partait d’un ouvrage écrit par deux historiens lillois, intitulé « Les casseurs de l’été 1566 ». Un été chaud pendant lequel, en Flandre, des foules de protestant-es, des « iconoclastes », ont saccagé les églises, « brisé » les images, statues et reliques catholiques. Mais ce n’était pas qu’une histoire de religion : le contexte politique, économique et social était explosif… [3]Retour ligne automatique
Bien sûr, Frédéric Lefebvre n’est pas le pape. Ni Xavier Mathieu un iconoclaste calviniste.

Mais imaginons ce qui peut se cacher derrière le laconique « Vous avez cassé » : « Vous avez cassé, c’est normal que vous soyez lourdement condamné, car c’est très mal de casser. » Oui, peut-être, mais encore ? « Les patrons, eux, ils ne vont pas chez vous pour casser vos meubles. Vous, vous cassez.  » La messe est dite.

Rappelons que les « Conti » de Clairoix étaient en lutte depuis le 11 mars quand ils ont pénétré le 21 avril dans la sous-préfecture de Compiègne. Que la suppression de leurs 1200 emplois intervenait alors même qu’ils avaient accepté de revenir à la semaine de quarante heures pour les maintenir. Que Sarkozy leur avait promis de sauver leur usine. Etc. Même s’il a pu choquer quelques téléspectateurs de « Plus belle la vie », le sac de la sous-préfecture s’inscrivait dans cette logique, dans un cheminement. Dans un contexte explosif, un « été 1566 ».

Les iconoclastes protestants ont été réprimés sévèrement : à Lille, ce fut la grande époque des bûchers sur la Grand’Place…
Et pour les casseurs de « Conti », comment ça se termine ? Mois de taule avec sursis, et 63 000 euros à raquer pour les dommages… Les patrons, eux, délocalisent, et annoncent une progression de leurs bénéfices pour le second trimestre 2009… Allons dire ça au chevelu.
Que répondra-t-il au « bon » peuple ? « Oui… mais vous avez cassé. » Eh bien continuons, camarades !

Notes

[1Celui qui nous a brillamment précédés en traitant Bernard Thibault de « racaille ».

[2Celui qui aimerait faire travailler les gens en arrêt maladie.

[3S. Deloyon, A. Lottin, Les casseurs de l’été 1566, l’iconoclasme dans le Nord de la France, Paris, Hachette, 1981. Médiathèque Jean Lévy.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...