Les Rroms et l’Union Européenne : un rendez-vous manqué

L’exemple des Tsiganes est l’illustration parfaite de l’UE que l’on veut nous imposer : une union où la raison économique autorise à fermer les yeux devant les violations des droits de l’homme.

Un peu moins de 20 ans après la révolution roumaine et la chute de Ceaucescu, l’entrée de la Roumanie dans l’UE le 1er janvier dernier est pour les Roumains la promesse d’un avenir plus serein et plus prospère. Quel qu’en soit le prix… Depuis plusieurs années déjà, en plein centre de Bucarest, trône une immense horloge qui décompte patiemment les jours restant avant l’entrée de la Roumanie dans l’espace européen. Le décompte des jours avant une vie meilleure...

Mais les plus fervents pro-européens sont très certainement les milliers de Rroms roumains, pour qui l’adhésion est une chance inespérée d’échapper à des conditions de vie dramatiques et à des persécutions constantes. Plus d’un Rrom sur deux en Roumanie affirme souffrir de la faim, l’espérance de vie serait de 48 ans (contre 70 ans pour la moyenne nationale). A cela, il faut ajouter les violences policières, la haine raciale au quotidien, les discriminations pour l’emploi, un accès restreint aux soins et à l’école.

Lors du premier examen de la « candidature » de la Roumanie, la Commission européenne avait très justement exigé du gouvernement roumain qu’il s’engage dans la voie du respect des droits fondamentaux de la minorité tsignane. Il s’agissait alors d’une condition sine qua non à l’entrée de la Roumanie dans l’Union. Une occasion unique de fuir des siècles de persécutions, d’esclavage, de négation d’une culture et d’un mode de vie.

Mais cette même Commission qui feignait de s’insurger contre les traitements infligés aux Rroms, semble aujourd’hui avoir oublié ses promesses. Cette question est reléguée au fin fond des annexes du Rapport de la Commission : « Les efforts doivent se poursuivre pour améliorer la situation des groupes vulnérables, tels que les Rroms, et promouvoir leur intégration complète dans la société ». Trois lignes dans un rapport de 57 pages. En mai dernier, le président roumain Traian Basescu qualifiait une journaliste de « sale tzigane »...

Si les pays de la vieille Europe tentent de faire oublier la question des Rroms en Roumanie, c’est tout simplement que nos vieilles démocraties ne réservent pas un sort meilleur aux Rroms, quel que soit leur pays d’origine.

Promenez vous dans la métropole lilloise et ouvrez les yeux : ce sont bien des bidonvilles que vous voyez. Des dizaines de familles rroms, près d’une centaine d’enfants vivent dans des conditions insoutenables. Ni eau, ni électricité, des caravanes de fortune, parfois des tentes. Certaines familles ont passé l’hiver « à la belle étoile ». Ils sont roumains, bulgares, serbes, hongrois et ont fui leur pays pour vivre leur rêve de l’Europe de l’ouest.

Les pouvoirs publics mettent d’ailleurs un point d’honneur à ne rien faire pour arranger la situation. Les communes concernées par l’installation des bidonvilles exercent une pression policière telle que les familles reprennent la route pour trouver quelques kilomètres plus loin un nouveau stationnement. Fin du voyage, début de l’errance. Retour ligne automatique
EC

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...