Gagner plus pour tout perdre

Une semaine avant Noël, un sixième ouvrier meurt suite à l’incendie des Aciéries Thyssen Krupp de Turin. Silence médiatique en France. Le déroulement du drame éclaire sur la manière dont les logiques de profit prennent le pas sur la sécurité. L’usine fonctionne 24/24h, mais emploie deux fois moins d’ouvrier-e-s qu’auparavant. Lorsque l’incendie se déclare, le 6 décembre 2007, à 1h10, travaillent des ouvriers qui doivent effectuer douze heures (dont quatre en heures sup’, suite à des “réductions d’effectif”). Mais la fatigue n’est pas responsable ici. C’est une fuite d’huile qui a mis le feu aux installations vétustes de l’usine. Lorsque les ouvriers s’emparent de l’extincteur, il ne fonctionne pas, comme d’ailleurs les lances à eau ! Reste le téléphone d’appel d’urgence, mais celui-ci est également hors service...1


Devant cette accumulation de négligences, une grève éclate le 10 décembre pour dénoncer les accidents du travail (plus de 1300 morts en Italie en 2007). Des dizaines de milliers de personnes manifestent leur soutien aux victimes. Tous interrogent patrons et industriels : quelle était la politique de Thyssen Krupp ? A Düsseldorf, les dirigeants cherchaient la rentabilité. La décision avait été prise de fermer les aciéries de Turin en juin 2008, alors pourquoi investir dans du matériel ou de la main d’œuvre pour une usine vouée au démantèlement ?
Le groupe possède des usines partout dans le monde. Ainsi, Electrical Steel UGO, classé Seveso bas, localisée à Isbergues (Pas-de-Calais). Pourvu que le personnel de l’usine et les habitant-e-s de la commune n’oublient pas la catastrophe italienne et la façon dont Thyssen Krupp soigne ses ressources humaines.

1 : Journal de Lutte Ouvrière, 12/12/07.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...