Loin des yeux, loin du porte-feuille

Dans la métropole, l’autre grande usine chimique classée Seveso était l’usine Rhodia, à Saint-André. Mais peu rentable, elle ferme en 2005. Aujourd’hui, il est prévu de construire un « jardin archéologique » sur l, pour faire oublier risques et pollutions imposées à la population des alentours.

Qu’est devenue l’entreprise ? Rhodia, peut-on lire aujourd’hui sous la plume de J.-P. Clamadieu, PDG du groupe, « est à nouveau en mesure de construire son avenir », plus précisément, de « développer [la] présence [de l’entreprise] en Asie, avec une priorité marquée à la Chine ». La page du Nord est tournée, vive les ouvrières et les ouvriers formés aux ordres du Parti Communiste Chinois !
Les activités du groupe dans l’Empire du Milieu ont commencé dans les années 1970, lorsque le pays s’ouvrait aux investissements étrangers, et n’ont cessé d’augmenter depuis. Aujourd’hui, 3000 personnes (sur 16 000 personnes employées par Rhodia) sont employées en Chine1. Les avantages sont évidents : profiter de la main d’œuvre peu coûteuse et partir à la conquête d’un marché de plus d’un milliard de consommateurs.
Et les risques industriels dans tout cela ? Evidemment, Rhodia garantit œuvrer pour le développement durable, et veut organiser la visite de syndicalistes occidentaux dans ses usines orientales !!! Tant de transparence, tant d’attention pour le Tiers Monde pourrait émouvoir. Hélas, les faits montrent bien que les risques des travailleurs ne sont pas pris en compte en Chine2 et que les firmes multinationales profitent de leurs investissements dans les pays du Sud pour diluer les responsabilités et pour contourner les lois protectrices en toute impunité.
Ainsi, l’accident de Bhopal, en 1984. Dans cette ville indienne, une usine appartenant à l’entreprise états-unienne Union Carbide laisse échapper un gaz toxique. Bilan : 20 000 morts, 500 000 victimes, sans compter la pollution des eaux qui empoisonne encore aujourd’hui les Indiens. Evidemment, les responsables de l’entreprise, protégés par leur gouvernement, refusent de se faire juger en Inde. Lassé, et recevant une indemnité de 470 millions de dollars, l’Etat indien abandonne les poursuites judiciaires en 1989. En 2001, Union Carbide est rachetée par Dow Chemical, qui ne s’estime pas responsable. Ce n’est qu’en 2004, suite aux pressions de la société indienne, que le dossier a été réouvert : l’entreprise devra nettoyer les zones polluées autour de l’usine, mais sans dédommager les victimes3...
Et Bhopal n’est qu’un exemple. Si l’on excepte les accidents nucléaires, les six plus graves accidents industriels depuis 1980 ont eu lieu dans les pays du Sud. La domination économique se traduit aussi par l’inégalité face aux catastrophes.

1 : Site Internet de Rhodia

2 : Cf. Mme Thébaud-Mony, « Délocalisation des risques », Le Monde diplomatique. Les accidents du travail dans les mines font plus de 20 000 morts/an en Chine.

3 : cf. Bhopal, le procès qui n’a pas eu lieu, documentaire présentant les efforts d’un avocat pour que l’entreprise soit jugée.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...