Zone de L’Union : Témoignages

Roland et Mireille tiennent le bar « Au chti péqueux », le long du canal de Roubaix. Ils ont repris le fonds de commerce depuis 3 ans et demi. « Il n’y a jamais eu de réunion autour du projet. C’est en permanence du « on dit... ». C’est totalement aléatoire. Les projets, tous les ans ils changent. Nous on ne sait pas, entre la mairie, la SEM, *etc. De toute façon, c’est de la politique ça. Ce qui est sûr, c’est que nous on pourrait pas acheter 100 m2 là-bas. Dans la rue de l’Union, il y a des maisons murées depuis 10 ans. Ils virent les gens, les mettent dans des cages à poules et laissent pourrir les maisons. Pourquoi ? »


Salah. Il est l’emblème de la résistance au projet. Il tient son café depuis 44 ans et « ne partira jamais ». « Le bar restera le phare de l’Union. » nous lance-t-il. Sa résistance, il la mène seul : « Moi, je suis libre. Pas d’associations. » Amer : « L’EPF* a poussé les gens dehors. Les gens ont été mis à la porte avant les réunions de concertation. »
Pour Yamina, qui vit à quelques mètres du bar de Salah, « c’est un peu grâce à lui qu’on est encore là ».
Annie, habitante de la rue Stephenson, répète : « Les gens ont eu peur. Ils sont tous partis. » Sa maison est coincée entre deux maisons inoccupées depuis plus de sept ans. « Ça fait des dégâts dans la maison et ça coûte très cher pour se chauffer. C’est pas normal, quand on achète quelque chose, on l’entretient. » Le projet est complètement opaque pour elle aussi : « Aux réunions, ils disent une chose et puis une autre, on ne comprend rien du tout. »
Pendant ce temps, le long du canal, la « Maison des habitants » est en construction.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...