« Village vertical »

Des coopératives d’habitants qui adaptent les systèmes traditionnels de production du logement. Habicoop et le Village Vertical, une coopérative sociale et écologique.

 

À Villeurbanne, l’association Habicoop a pour but de réaliser des coopératives d’habitants. Elle a démarché une coopérative d’HLM d’une part afin d’éviter de passer par un promoteur privé pour la construction de l’immeuble (et bénéficier d’un prix plus transparent) et d’autre part pour garantir la mixité sociale et certains logements réservés à des personnes éligibles aux HLM.

Rencontrée au Centre Culturel Libertaire de Lille en mars dernier, Bertille Darragon, qui travaille pour Habicoop, explique : « Les outils juridiques actuels ne répondent pas à la demande. On est obligés de faire des montages complexes pour respecter au mieux les principes coopératifs de propriété collective, de lutte contre la spéculation et de démocratie. »

En faisant de la mixité sociale une de ses valeurs phares, Habicoop se construit une solide expérience en participant activement au premier projet appelé « Village vertical », « espace de propriété collective à but non lucratif, géré démocratiquement (un habitant = une voix). Collectivement propriétaires de l’immeuble, les habitants seront locataires de leurs logements. » [1] Prévu pour 2012, ce projet à « taille humaine » groupera quatorze logements locatifs dont quatre logements dits « très sociaux » et les dix autres financés en PLS. «  La mutualisation d’espaces [cuisine buanderie, jardin] et de moyens nous permettra de vivre mieux à moindre coût. » Considérant que « le vrai logement social est écologique, car l’écohabitat permet de réduire les charges [à travers] des solutions collectives et des économies d’échelle ».

Pour mener à bien son projet coopératif, les habitants guidés par Habicoop mobilisent la gouvernance institutionnelle : OPAC, Ville, Grand Lyon et surtout deux bailleurs sociaux dont la coopérative HLM Rhône Saône Habitat pour la construction et un autre l’URHAJ (association d’insertion qui gérera 3-4 logements dits très sociaux). C’est plus la finalité « coopérative » et son fonctionnement que l’autoconstruction qui importent. En intégrant le système traditionnel de production et de financement, elle garantit à la coopérative d’habitants un respect des normes les plus récentes de construction (économies d’énergie, accès aux handicapés et sécurité), la mixité sociale avec les 3-4 logements très sociaux et aussi une sécurisation financière vis-à-vis des banques etc... Certes, ce sont bien les habitants et Habicoop qui sont allés chercher ces partenaires... Au risque de perdre la main sur leur projet d’habitat ?

Habicoop a une position radicale en revendiquant des valeurs antispéculatives (quand même les bailleurs sociaux s’en balancent) ou en déclarant lutter contre l’exclusion. Par contre on note que les coopérateurs-locataires se constituent toujours un patrimoine, tous sauf les locataires des logements très sociaux... la mixité sociale ne change pas l’ordre social. À comparer avec les CLIPs qui font la promotion d’un système où les coopérateurs restent tous locataires à vie et cherchent d’autres adaptations au sein du système de financement.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...