Une association pour l’Habitat Ecologique Partagé

Depuis 2006, HEP rassemble une quinzaine d’adhérents et des dizaines de sympathisants autour d’une double volonté. D’une part, habiter ensemble pour créer une vie coopérative de groupe, tout en respectant l’intimité de chacun.

 

D’autre part une conception écologique inspirée de la simplicité volontaire, qu’on résumera dans un « consommer moins » (d’énergie, d’espace, de matériel, de bagnoles, de mètres carrés). Bernard nous explique que les adhérents se sont rapidement « créé un outil de collaboration, un wiki [boîte à outils coopérative sur le net], qui a plutôt bien marché. » L’asso envisage par ailleurs de créer une mixité intergénérationnelle et sociale. Les adhérents eux-mêmes recouvrent toutes les catégories d’âge. Néanmoins, des impasses apparaissent : « Tous les désirs peuvent se révéler impossibles, voire contradictoires. Certains posaient la question de l’accès à ce type de logement, qu’on n’avait pas tous accès au même mode de financement, de crédits. » C’est pour cela que les questions juridiques ont pris une place importante.

Par ailleurs, quelques membres sont intervenus lors d’opérations programmées d’amélioration de l’habitat (OPAH). Le but : sensibiliser les personnes concernées au développement durable dans l’habitat, « économies d’énergie » et « tri sélectif ». HEP reçoit une subvention pour cela, suite aux demandes répétées de l’ancienne adjointe au développement durable de Lille.

Cet exemple reflète bien l’ambivalence du mouvement d’habitat partagé. Le but initial d’une utopie concrète se confronte aux réalités du marché : un espace urbain régi soit par le privé, soit par des institutions qui ont tendance à mettre en avant le développement durable et à faire de l’habitat groupé une caution idéale pour les « écoquartiers ». Un des membres de HEP nous confiait le danger de voir exclus les habitant-es des processus de décision en prenant l’exemple de la Zone de l’Union à Roubaix. On ne va pas le contredire [1] !

Notes

[1HEP tient une permanence mensuelle tous les deuxièmes mercredis du mois à la MRES (Lille) et organise des ateliers. Sur la Zone de l’Union, voir La Brique n°19 « Tout changer pour que rien ne change », nov. 2009.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...