La rue Courmont

rue courmont

La rue Courmont à Lille doit son nom à un industriel du XIXe siècle. Propriétaire d’une usine de coton, ce capitaliste a acheté les taudis d’une rue de Moulins pour y parquer ses ouvriers, immigrés flamands pour la plupart. A l’époque, cette rue mesurait quatre mètres de large et contenait en tout et pour tout trois latrines communes et insalubres. Les bouges comportaient une pièce unique de 4 m² pour une hauteur de deux mètres, avec un grenier en supplément. A peine de quoi y loger improprement deux personnes…

Or, en 1853, les autorités sanitaires ont découvert, au n°6, douze misérables entassés dans une chambre, dont trois sont morts du typhus. Le propriétaire a alors subi quelques pressions – très amicales – pour remettre ses bâtiments en état. Mais, en bon exploiteur, il a refusé de faire la moindre réparation. Courmont a été finalement condamné en 1858 à une amende dérisoire… Pis, dix ans plus tard, la ville le dédommageait de 30 000 francs pour faire abattre une rangée de maisons. Grâce à ces deniers publics, la famille Courmont a pu construire son « château » à l’entrée de la rue.

Il y a quelques temps, l’Atelier Populaire d’Urbanisme de Moulins [1] a réalisé une série de fiches sur les lieux à visiter dans le quartier, avec l’« aide » précieuse de la mairie « socialiste  ». Des lieux comme l’« hôtel néoclassique   » de Courmont où est actuellement installée la mairie de quartier. Le patron nous y est montré comme un mec plutôt « génial », qui a légué à sa mort «  une des quinze plus grosses richesses financières de Lille  » [2]. Par contre, pas un mot sur l’exploitation impunie des misérables qui a fait la fortune de cette famille… Et ça parle de «  devoir de mémoire » [3].

Notes

[1Avec le groupe Mémoire, la Médiathèque de quartier et des historiens.

[2Fiche « Hôtel Courmont », Patrimoine à Moulins-Lille, bibliothèque de Moulins.

[3Nous ne pouvons que vous conseiller de consulter La vie ouvrière à Lille sous le Second Empire de Pierre Pierrard.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...