V’Lille, coup de pédale dans la sémoule

Avec le V’lille, Lille n’a jamais été aussi fière depuis la Libération et la victoire du LOSC. Sur tous les murs de la ville, en petites plaquettes couleur, en spots audio, la Métropole fait sa com’. Les V’Lille sont enfin là ! La mairie socialiste et ses alliés Verts se sont offerts un nouveau jouet. Le vélo on aime, le V’lille beaucoup moins.

 

Depuis Paris en passant par Lyon, chaque métropole qui se veut « attractive » doit avoir son vélo en libre service. C’est bien là que se trouve l’enjeu du V’Lille. À en croire son image dans la presse c’est plutôt réussi. L’idéologie de la mobilité - si chère aux décideurs politiques et économiques - et les industries du transport ne trembleront pas devant cet élan « vélorutionnaire ».

Copinage

Dés sa conception, le V’Lille sent bon la récupération politique du vélo et sa subordination aux industriels locaux. Tout est fait par la mairie pour favoriser les Mulliez. L’appel d’offres pour le V’lille se joue entre B’Twin, une marque d’Oxylane-Decathlon et Altermove, une engeance du groupe Norauto : deux entreprises de la famille roubaisienne. La gestion quant à elle est laissée à Transpole. Dehors les associatifs [1] ! Pour Eric Quiquet, le V’Lille est bien de gauche, car il n’est pas à la solde d’un publicitaire comme le V’lib parisien géré par JC Decaux. Travailler main dans la main avec des multinationales plutôt qu’avec les associatifs est symptomatique de la « gauche » lilloise.

Dépossession

Il y a deux ans on écrivait déjà sur le sujet : «  la facilité de location à un euro nous enlèvera de notre autonomie. Il faudra exploiter des gens pour réparer les dégradations causées par d’autres gens. Personne ne se sentira responsable d’un vélo Transpole. » [2]. Les discours sur l’autonomie qu’offrirait le V’Lille en prennent un coup dans le guidon. Il n’y aura pas de transmission de savoir sur les réparations des vélos et leur fonctionnement. À l’inverse des initiatives de l’ADAV ou des ateliers vélos [3]. Désormais, entre un cycliste et son vélo, il y a une carte bleue, une carte RFID, une borne automatique et deux multinationales. Le vélo, c’est la liberté...

Aménagement et ségrégation

Malgré les « aménagements » cyclables - encore trop limités - la cohabitation entre bagnoles, bus et vélos ne peut être que dangereuse. Mais n’ayez crainte ! Aubry nous promet plus de répression pour les vélos : « La maire de Lille que je suis sera sévère envers les vélos qui montent sur les trottoirs ou prennent les sens interdits ». Pour le moment certains arceaux à vélos ont été supprimés pour faire place au V’lille. L’implantation des bornes en dit long sur le public visé. Elles sont vingt-deux dans le centre ville allant jusqu’à une concentration d’une tous les trois cents mètres. Elles sont en revanche presque absentes dans les quartiers populaires comme Lille sud où il n’y en a que trois. Elle sont néanmoins traduites en anglais. Les touristes apprécieront.

Écologie en trompe l’oeil

L’argument écologique pour la promotion du V’Lille ne tient pas bien longtemps. Les pièces du vélo sont produites en Chine et amenées sur Lille pour être assemblées. Nombre de ces pièces sont non recyclables comme les systèmes électroniques. La gestion et l’entretien des V’Lille n’aura rien d’écologique non plus. Les stations manquant de vélos seront réapprovisionnées par camion et ceux détériorés ou en panne seront transportés par le même moyen au B’Twin village pour l’entretien.

À Paris, le V’Lib a surtout capté des cyclistes habitué-es et des usager-es des transports en commun. Même si le le trafic cycliste a augmenté de 94% entre 2001 et 2007 dans la capitale, il ne représente que 2 à 3 % du trafic. De fait dans la logique de production actuelle, le vélo ne deviendra jamais un moyen de transport de masse tant que les gens doivent faire des dizaines de bornes pour se rendre sur leur lieu de travail.

Notes

[1« Le PS et les Verts font dérailler ch’ti vélo », La Brique n°12.

[2Voir le site de l’ADAV ou le site indymedia pour l’annonce des ateliers vélos.

[3« Vélo libre service, la fausse solution », La Brique n°15.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...