Cas d’école

controleursDans certains quartiers de la métropole lilloise, la police n’est pas la bienvenue et ce n’est pas rare qu’elle soit reçue à coups de cailloux. Alors les policiers ciblés interpellent à l’aveugle et accusent une ou deux personnes de tous les torts : violence, outrage, rébellion, etc. L’histoire se termine bien souvent en comparution immédiate, moins de quarante-huit heures plus tard. Deux affaires récentes illustrent ce cas d’école.

 

Lundi 17 janvier 2011, boulevard de Metz à Lille. Une patrouille de police passe devant un groupe de dix ou vingt personnes. Soudain une pierre vole en direction du fourgon. Les agents interviennent et poursuivent un individu jusque dans une boulangerie. Fouad [1], jeune homme de 25 ans, n’a plus d’issue. Il est menotté et conduit au commissariat. Six policiers sont prêts à le reconnaître « formellement » comme étant le lanceur de pierre et l’accusent, en outre, de s’être rebellé lors de son arrestation. Pour lui, c’est la comparution immédiate, le mercredi 19 janvier. Ce jour, vers 11 heures, une avocate commise d’office a tout juste le temps de consulter le dossier. L’audience est ouverte à 14 heures. Pas un seul policier n’est présent, aucun avocat ne les représente. Les juges disposent de six dépositions, rien d’autre. Pourtant l’affaire est pliée, même si Fouad nie les faits. À la fin du procès, il sera – de toute façon – condamné.

À la barre, son avocate tente comme elle peut de démonter les assertions bancales des policiers. Ils sont six à l’avoir identifié mais, étrangement, deux d’entre eux l’ont reconnu sans l’avoir vu et un troisième alors qu’il avait le dos tourné. L’avocate soulève des incohérences dans les descriptions vestimentaires. Selon les agents, le lanceur de pierre portait un sweat-shirt avec une inscription au niveau de la poitrine. Or le jeune homme, qui n’a évidemment pas eu le luxe de se changer durant sa garde à vue, porte les mêmes habits qu’au moment des faits. Et les juges peuvent constater par eux-mêmes l’absence de toute inscription. Enfin, la boulangère qui a pu observer l’arrestation dans sa boutique affirme que le prévenu ne s’est à aucun moment rebellé. Autrement dit que les policiers ont menti. C’est pour ces éléments à décharge, nous dira son avocate, que le jugement n’est pas trop sévère : « Il pouvait prendre plus cher ». Relaxé pour la rébellion, Fouad écope de trois mois de prison sans mandat de dépôt pour violence avec arme et en réunion. On lui substituera certainement le bracelet électronique aux barreaux.

Lundi 7 février 2011, rue de Flandre à Roubaix. Des policiers recherchent une voiture qui leur est passée entre les mains quelques minutes plus tôt. Ils voient un jeune homme de 20 ans dans la rue, sont sûrs de reconnaître le conducteur et interviennent. Forcément, ça dégénère. Une vingtaine de personnes sont sur les lieux. Des cailloux atteignent la voiture de police. Ça gaze. Amin en prend visiblement plein dans la gueule, tout comme une personne atteinte de trisomie 21 dont les blessures seront attestées par un certificat médical. Le frère d’Amin est arrêté aussi, et tous deux finissent au poste. Jusqu’au mercredi 9 février, jour de leur comparution immédiate. Accusés d’outrage, rébellion, refus d’obtempérer, destruction de « bien public » – i.e. le carrosse des bleus… Vers 13 heures, soit une heure avant le début de l’audience, ils rencontrent leur avocate commise d’office. Cette dernière remarque tout de suite le visage tuméfié d’Amin, marqué par « son nez bleu et gonflé ». Sa veste aussi, remarque-t-elle, est « maculée de son sang ». Le frère, lui, ne comprend pas ce qu’il fait ici. Mais le mouvement de suspension des audiences engagé par les magistrats suite aux déclarations de Sarkozy tourne en leur faveur : leur comparution est finalement renvoyée au 8 juin. Ils sont relâchés sans contrôle judiciaire et auront le temps de préparer leur défense.

Notes

[1Les prénoms ont été modifiés.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...