Marchands de sommeil...et marchands de liste

Dans la famille des escrocs de l’immobilier, il y a bien sûr le marchand de sommeil, bien connu des sans-papiers, et moins connu, mais bien là, le marchand de listes.


Si tout le monde peut tomber dans son piège, ses proies favorites sont les étudiants et étudiantes à la recherche désespérée d’un toit de dernière minute.
Leur technique est simple et vicieuse. Comme son nom l’indique, le marchand (qui a tout l’air d’un agent immobilier, mais qui n’en est pas un) vous remet, moyennant une « adhésion » d’environ 150 euros, une liste d’adresses de logements à louer, censés correspondre à ce que vous recherchez. Après c’est à vous de vous démerder pour contacter le proprio et réaliser toutes les démarches à suivre.


Très souvent, c’est « l’insuccès » : les listes ne sont pas mises à jour, les logements indiqués sont déjà loués ou les critères ne correspondent pas du tout à ce que vous vouliez. Dans ce cas, il est fort probable que le marchand n’ait fait que reprendre des annonces déjà publiées pour constituer ses fichiers. Mais tant pis pour vous, vous pourrez toujours rêver pour récupérer votre argent !
De nombreuses personnes se sont ainsi faites avoir en France, les escrocs sont partout. A Lille, certaines associations veillent, toujours prêtes à attaquer le profiteur du coin. L’Atelier Populaire d’Urbanisme du Vieux Lille a par exemple, il y a quatre ans, porté plainte contre la société LOKALYS. L’affaire a été couronnée d’un succès (!) puisque l’entreprise a mis la clef sous la porte. Mais prenez garde, certaines d’entre elles courent toujours les rues... et pour n’en citer qu’une, LOGEKA !Retour ligne automatique
S.H

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Bruits ou tapages injurieux, la répression continue

    Suite à des manifestations en février et avril 2018, près de 10 personnes ont reçu une ou plusieurs amendes à leur domicile pour motif de « bruit ou tapage injurieux perturbant la tranquillité d’autrui ». Sans qu’ait eu lieu ni contrôle ni notification les jours concernés : du racket légal....

    Lire la suite...

  • Aujourd’hui tout le monde a peur

    Max Weber faisait de la bureaucratie l’instrument de la rationalisation du monde : soumise à la règle, elle préviendrait des initiatives individuelles insuffisamment fondées. Aujourd’hui, avec la réouverture pour le moins hasardeuse des écoles primaires, cet optimisme nous semble devoir être...

    Lire la suite...

  • Le mot des dessinateur.trices

    Thérèse (bis) a invité quelqu'un à la Brique et celui-ci n'avance pas vraiment masqué...

    Lire la suite...

  • Bêtises de la sucrerie de Cambrai

    Le 3ème groupe mondial sucrier, Tereos, s’enorgueillit depuis le début du confinement de produire des litres de gel hydro-alcoolique ; aux héros industriels, la patrie reconnaissante. Le communiqué de presse de l’entreprise en date du 23 avril 2020 s’ouvre ainsi : « Pour des causes restant encore à...

    Lire la suite...

  • Ça va vous faire tout drone...

    Les annonces de Macron sont parfois un peu en décalage avec les actes : après les commandes de gaz lacrymos plutôt que des masques à l'heure des premières secousses du virus en France, son ministère de l'Intérieur lance un appel d'offres le 12 avril pour 651 drones. L'homme qui sort les mots «...

    Lire la suite...